is toegevoegd aan uw favorieten.

Le fondateur de Liège

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

114

mugiens est avulsus Muiier (Chrodoberti) eum est egressa

perquirere quo reperto studiose transtulit in oratorium

Locum ubi prius jacuit sanctum corpus occultum per dictae

mulieris studium, oratorium est aedificatum et monachorum officium jugepsallentium institutum".

La vie Z donne plus ou moins littéralement (n° 35, 38, 41, 49, 51, 53) ces passages de U et de X en omettant, sans doute par négligence et distraction, les mots qui se rapportent a la chapelle érigée sur le lieu du martyre: „Eumque Rodoberto cuidam viro qui tune comes erat palatii jussit tyrannus impius

Hebroïnus tradere Eduxerunt ergo eum per loca incognita

usque in quemdam locum in quo adstitit Percussor ejus

arreptus a demonio et mente captus ac Dei ultione percussus in ignem se projecit ibique vitam finivit. Tune jussu conjugis hujus Chrodoberti in quamdam villam Sarcinio nomine cum magno fletu plangentium a ministris deportatus est et in hujus feminae decretum cum vestibus in quibus trucidatus fuerat in parvulo oratorio est sepultus." Paroles prononcées par S. Vindicien, évêque d'Arras, dans 1'entrevue des trois évêques: „Tune Vindicianus, praesul Atrebatensis, in cujus dioecesi fuerat interfectus, dicitur respondisse: mihi donetur facultas hujus beati viri corpus habere quoniam huic loco decus est in quo dignatur «quiescere." En parlant de 1'exhumation a Sarcingum: „Quod audientes qui habitabant in circuitu loei monachorum multitudo.... festinantes occurrebant ad locum." La première localité désignée par son nom dans 1'abrégé de la translation: „In pago

enim Caturnio in quadam villa cujus est vocabulum

Oaudiacus."

Le poète latin: „Per nemora alta (ministri) vehunt (Leodegarium)." S'adressant au bourreau: „Sed mox multiplici convictus peste teneris daemonis ac mediis flammis injectus anhelas." Vindicien faisant valoir ses droits: „Ecce mei juris tellus tenet

ossa sacrata requiem hic dum sanctus astra petivit, coeperat;

Mc primum signis est proditus almis."

Sanct Leodegar, ou le poème roman, n'a guère qu'un détail qui nous concerne. II appelle Laudebert celui qu'Ebroïn chargea en dernier lieu de la garde du saint et que les autres nomment Chrodobert, Laudebert est évidemment la même chose que Landebert, Lantbert, Lambert. Les lettres n et a, dans les noms propres surtout, se confondent fréquemment. Le poète roman