is toegevoegd aan je favorieten.

Les marques de collections de dessins & d'estampes

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

L

I. NOMS ET INSCRIPTIONS

Prince A. Y. LOBANOFF-ROSTOVSKY(1788

—1866), bibliophile et auteur russe, St. Pétersbourg. — Estampes.

16S4, 4 la plume

Sur cet amateur et sa collection, voir au n° 142.

Comte L. de LABORDE (1807 -1869), archéologue et voyageur, auteur de 1'Histoire de la Gravure en manière noire. Paris. — Gravures en manière noire. I .. _

L/eon-ümmanuel-oimon-J osepn comte, puis marquis de Laborde, né a Paris, était fils d'Alexandre de Laborde et petit-fils du banquier Jean-Joseph de

18 5 5 Laborde qui acheta la Galerie

a la plume d'Orléans sous la Bévolution. recto et verso Ge dernier avait été marquis sous Louis XVI et Léon de Laborde reprit ce titre en 1863. II fit ses études a 1'université de Goettingue en Prusse, puis parcourut avec son père Alexandre une grande partie de 1'Orient. Bon dessinateur, il y reproduisit quantité de monuments antiques. Seul, il explora ensuite 1'Egypte et 1'Arabie Pétrée. Nommé secrétaire d'ambassade successivement a Bome (1828), Londres et Hesse-Cassel, il renonca en 1836 a la diplomatie pour se livrer a ses goüts artistiques et littéraires. Cependant, il fut élu en 1840 député de Seine-et-Oise, en remplacement de son père, auquel il succéda également, en 1842, a 1'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Membre du Sénat en 1868. Conservateur du Musée des Antiques du Louvre a partir de 1845, avec une inter-

ruption en 1848. En 1857, Directeur-général des Archives de 1'Empire. Le nom du comte de Laborde est familier aux amateurs d'estampes par son Histoire de la Gravure en manière noire, parue en 1839, oü il fournit des matériaux d'étude révélateurs. D y remit en honneur le véritable inventeur de cet art, ainsi que les premiers graveurs qui font exercé. Des recherches dans les archives de 1'Allemagne et de la Hollande, poursuivies en 1834 et 1835, lui avaient procuré les données nécessaires. Pour son catalogue de l'oeuvre des divers artistes il s'était beaucoup aidé de sa propre collection. Ce volume appartient a une série d'ouvrages oü il traita de 1'Histoire de 1'Impression, parmi lesquels il faut signaler 1'Histoire de la découverte de l'imprimerie (1836), Débuts de l'imprimerie & Strasbourg et d Mayence et hamberg (1840). En 1837 et 1838 il publia ses Voyages de la Syrië et de l'Asie mineure, puis en 1845, a 1'occasion du déplacement de la Bibliothèque Boyale, actuellement Bibliothèque Nationale, son étude De l'Organisation des bibliothèques dans Paris. Remarquons encore parmi ses nombreux autres écrits: Les ducs de Bourgogne (lettres, arts et industrie au XV° siècle, 1845) et l'Essai d'un catalogue des artistes originaires des Pays-Bas ou employés a la cour de Bourgogne aux XIV" et XV" siècles (1849), La Benaissance des arts a la cour de France (1850), Notices des émaux, bijoux et objets divers exposés dans les galeries du Louvre (2 vol. 1852—1853), Les Archives de la France (1867). Le marquis de Chennevières lui consacra une belle étude dans ses Souvenirs IV p. 42. — II n'y a pas de parenté entre notre amateur et le comte Henri Delaborde, conservateur du Cabinet des Estampes. Celui-ci appartenait a une autre familie, il était fils du général Delaborde et père de Francois Delaborde, aujourd'hui vivant.

En 1896 la maison J. Halle de Munich publia un catalogue a prix marqués de 950 n°', of f rant un choix de gravures en manière noire de toutes les écoles et époques, parmi lesquelles celles de la collection du comte Léon de Laborde. Une grande partie des feuilles portaient la signature de cet amateur, ou bien des remarques manuscrites de sa main. II y avait la plusieurs raretés que 1'auteur de 1'Histoire de la gravure en manière noire avait acquises après la publication de son ouvrage, et dont il n'avait par conséquent

298