Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ment. On n'ignore pas qu'en Belgique plus d'u'ne grosse fortune date de 1870-

On reproche avec la même légéreté tant de choses a la Hollande. On oublie généralement de imettxe en regiand tout ce .qui, aux PaysBas, est bon pour nous, favoxable aux Beiges et aux alliés..

Certains de nos compatriotes ne pardonnent point a la Hollande de rester iniauitre devalnt le criime. Croient-ils sérieusemient que, si ce pays se trouve un jour dans la meme alternative que la Belgique, il se monitirera imoims dhevaleresque que nous le fümes en aöüt 1914? Ce serait mal connaitre et le gouvernement, et le peuple hollandais dont tarnt le passé glorieux est garant pour 1'avendr.

N'a-t-on pas été jusqu'a accuser le gouvernement d'avoir des sympathies prononcées pour 1'Allemagne? La vérité est que, pour un pays entouré de tous cötés par des belligérants, il faut au gouvernement toute la prudence mais aussi toute la fermeté et 1'habileté diplomatiques dont ont fait preuve depuis trois ans les gouvernants hollandais pour ne pas jeter la nation dans le cataclysme- Or, le gouvernement des Pays-Bas a réalisé ce véritalble tour de force de ne mécontenter sérieusement, en aucun moment, ni 1'un ni 1'autre des belligérants. S'il ést parvenu a ce résultat, c'est que de tout temp 3 il a su faire respecter scrupuleusemlent sa neutnaldité par les autres mais surtout paree qu'il 1'a respectée Itri-même en premier lieu.

Ce ne sont pas les courriers diplomatiques des Pays-Bas qui ont jamais transmis des propositions de paix, ni des dépêches chiffrées, pas plus qu'ils ont transporté des bomibes ou des rouleaux d'or venant de Berlin.

Un Hollandais, M. J. H. Boas, grand ami des Beiges, écrivait un jour a l',,Echo Beige":

,,S'il est vrai que nous autres, neutres, nous avons trop 1'habitude de catéchiser les belligérants sans nous demander comment nous nous serions comportés nous-mêmes en cas de guerre, il n'est pas moins vrai que vous, belligérants, critiquez bien souvent les neutres sans considérer ce. que vous auriez fait vous-mêmes si le soit ne vous avait pas précipité dans la grande lutte.

,,Je suis certain que, si vous aviez été neutres, vous auriez fait comme nous. Vous auriez taché de le demeurer et vous vous seriez affligés, comme nous,, de vodr que les belligérants ne oomprettinent pas comlbien la neutralité est un fardeau lourd et douloureux, et bien souvent humiliant.

,,M.ais itoïus seriez restés niatures quand même "

C'est la une vérité que nous oulblions trop souvent et qu'il est bon de rappeler parfois.

Le gouvernement des Pays-Bas, en observant une stricte neutralité,

Sluiten