Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

tre toutes sortes de religions raffinées est plus nécessaire que la lutte contre la religion sous sa forme grossière. Les ouvriers d'Amérique, de la Suisse, sont abrutis par 1'idée d'un petit bonhomme de Dieu trés propre et spirituel, vilenie la plus dangereuse et la plus ignoble. Un prêtre débauché est beaucoup moins dangereux pour la vraie démocratie prolétarienne qu'un prêtre sans soutane qui prêche un nouveau Dieu raffiné." (11)

Et Lounatcharsky insiste: „Nous haïssons les chrétiens. H faut considérer les meilleurs d'entre eux comme nos pires ennemis. Ils prêchent 1'amour et la miséricorde envers le prochain. Nous voulons avoir de la haine! II faut que nous enseignions la haine, car ce n'est qu'a ce prix que nous pourrons conquérir le monde." (12)

Ils n'ont donc jamais entendu le même Lounatcharsky s'écrier: „II faut déclarer une guerre a outrance a toute religion. Notre devoir est de détruire toute religion et toute morale." (13) Et celui qui parle ainsi est le Commissaire de 1'U.R.S.S. pour 1'éducationü

Ils n'ont donc jamais lu Lénine écrivant sans vergogne dans sa „Politique d'Etat": „Dans la sainte lutte pour la révolution sociale, les mensonges, les impostures et la trahison envers la bourgeoisie, les capitalistes et leur gouvernement sont tout-a-fait permis. N'est moral que ce qui aide a la révolution: tout n'est qu'absurdités bourgeoises en dehors de cela." (14)

Ah! Mmes, MM., j'en ai dit assez, n'est-il pas vrai? pour légitimer mon attaque contre ceux qui ne croient

(11) Lénine: Lettre a Maxime Gorky.

(12) Lounatcharsky: passim. (13)

(14) Lénine: Politique d'Etat.

Sluiten