Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

font ressortir une augmentation de 84 dans le nombre des ootisations de frs. 8, une diminution de 52 dans le nombre des ootisations de frs. 5 et une augmentation de 77 dans celui des ootisations a frs. 3, soit en resumé une augmentation de 10!) sur le total.

II a été réglé en 1898, 66 sinistres dont 5 ayant entrainé une incapacité permanente de travail et 1 ayant occasionné la mort de 1'assuré. Ces 6 sinistres s'étaient

produits en 1896, 1897 et 1898.

*

* *

Le Journal, L'Argus de Paris qui reproduit ces chiiïres dans son N" 1049 du 1/4 1900 commente les résultats que 1'Administration de 1'Etat a su tirer de ces 2 creations faites il y a 32 ans dans 1'intérêt de la classe laborieuse de la manière suivante:

„Et voila tout ce que 1'Etat sait faire d'institutions qui auraient pu ètre d'une extréme utilite aux ouvriers ou employés a cause des avantages des tarifications qu elles présentent.

„Des résultats insignifiants! Des chitfres que la moindre bonne agence d'un chef-lieu d'arrondissement éligue, sans mettre en mouvement toute une équipe de grands personnages et toute une armee de fonctionnaires.

Bien entendu, il n'est pas question dans les chiffres qui précédent de 1'application de la nouvelle législation sur les accidents du travail.

L'Etat n'en est encore qu'a Texercice 1898. L'année prochaine seulement nous saurons dans quelle mesure la „Caisse des assurances contre les Accidents" a profité de 1'élargissement de son cadre. L'Etat se hate lentement. Comme on a pu s'en assurer a la lecture de son propre compte rendu, il règle ses sinistres a un ou deux ans de date et il lui faut quiiize mois pour arréter ses comptes. II fait peu, il fait mal et pas vite; c'est complet et tout a fait encourageant pour ceux qui méditent de lui donner d1 au tres „industries a garder."

Sluiten