Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

allèrent prêcher la paix a 1'Empereur Nicolas, en envoyant des députations d'hommes les plus distingués au quartier-général du Roi de Prusse, appuyés de 1'expression de 1'opinion publique de la Grande Bretagne et du Continent, auront peut-être plus de succès, qu'une Diplomatie timide et se sentant malvenue en pareil lieu. — Quoiqu'il en soit, et si malheureusement ce mysticisme qui — comme on 1'a dit spirituellement — voit Dieu partout, „mais surtout dans les affaires prussiennes", *) devait se faire valoir jusqu'au bout et nourrir 1'illusion de dicter la paix a Paris, on fera bien a Berlin, notamment pour ce qui regarde la revendication de 1'Alsace et de la Lorraine, de se rappeler les paroles mémorables d'un diplomate francais, du pieux et fidéle Ministre de Louis XIV, de Torcy: „Dieu maitre de la durée comme des évènements de la guerre, ainsi que du retour de la paix, avait fixé le terme de 1'un et de 1'autre. II approchait, et les hommes en vain se. seraient opposés a 1'ordre souverain de la Providence." 2) — „Le Dieu des armées, maitre de la victoire, la donne suivant sa volonté; il élève des humbles, abaisse les superbes, soutient et protégé ceux qui mettent en lui leur confiance, et punit 1'orgueil des Nations qui s'appuyent sur leurs forces, et se figurent que rien nest capabled'y résister"3).

UTRECHT, 8 Septembre, 1870.

VII.

Quand durant la guerre de la succession d'Espagne, lors des négociations infructueuses de M. de Torcy a „La Haye, en 1709, toutes les Nations — telles sont les plaintes exhalées par

') Victor Cherbuliez, 1'Allemagne politique depuis la paix de Prague (186C —1870) Paris, p. 22.

2) Mémoires pour servir a 1'Hist. des négociations depuis le Traité de Ryswyck jusqu'a la paix d'Utreoht, T. III. 124.

s) T. III. 231.

Sluiten