Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ce Ministre, — paraissent conjurées contrc Louis XIV, et se faisaient un titre de la frayeur (ju'olies affectaient de sa puissance pour s'enrichir a ses dépens, dans nne conjoncture qu'elles croyaient favorable a leurs prétentions, !) il n'y avait pas trente ans que ce conquérant s'était rendu maitre de la ville de Strasbourg. Mais trois actes étaient intervenus a 1'effet de légitimer cette possession; d'abord, le Traité passé entre le Roi de France et les Prêteurs et Consul de Strasbourg, qui le reconnurent pour leur Souverain Seigneur et Protecteur;2) ensuite, la Trèveconclue a Ratisbonne le 16 Aoüt 1684 entre la France et 1'Empire, mais qui ne donnait a Louis XIV qu'un droit précaire, pour vingt ans; en dernier lieu, la paix européenne de Ryswyk signée en 1697, qui décisivement termina les difficultés surgies depuis 1648, tant au sujet des dix villes de la Préfccture et de Strasbourg, que de 1'Alsace entière, entre la France, 1'Empereur et 1'Empire.— Ce n'était donc pas sans raison, que de Torcy en débattant les prétentions des Alliés, s'exprimait en ces termes: „Indépendamment des droits acquis au Roi sur Strasbourg par la cession de 1'Alsace, cette ville avait êté cédée expressément a Sa Majesté par le dernier Traité de paix et cette augmentation de droit était comme acheté par un échange onéreux. II n'y avait donc nulle équité, pas mème une ombre, a demandep qu'elle fut rendue a 1'Empire a titre de la restitution; mais la justice est mal écoutée, oü 1'injustice tient lieu de raison." 3) Pourtant, dans les articles préliminaires, présentés le 28 Mai 1709, et signés par le Grand-Pensionnaire Heinsius, le duc de Marlborough et le Prince Eugène, il n'était pas question de rompre tout-a-fait avec le passé et d'incorporer 1'Alsace a 1'Empire; la France, tout en remettant Strasbourg, le fort de Kehl, Brisach et Landau a 1'Empereur, devait posséder désormais 1'Alsace dans le sens littéral du Traité de Westphalie, en sorte qu'elle se contenterait

') Mém. T. II. 39.

s) 30 Septembre 1681 Mably, Le Droit public de 1'Europe fondé sulles Traités, (Amsterdam 1748) T. I. 210.

») Mém. T. II. 49.

Sluiten