Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

s.tes; cette fo.s j'en ai eu la migraine, car le visiteur était seul A tres ou quatre ils s'occupent les uns les autres; mais un seul m incombe tout entier. Je ne sais pas causer, je ne sais que parler ou me taire et parler me fatigue souvent, car >1 marrive parfo.s d aller plus haut et plus loin que ne le souffre la conversation." our a tour grave et burlesque, il évoque son futur conrré

™ea7df 7"7mb'ableS CaP"CeS un"

cerveau de colomal nevropathe. II M demande ce quïl vaut Mon

=npersode „e conrpte pas, yéc0Me ]es <tKs, lis""™

valent.,ls eux-memes? II est si facie" dépate, „Menado et de fa,re

pre,™'lla.PT deïa"' "" " ^ ^ ma'S

Le i aoüt 1852 Ie gouverneur général accorde a Dekker un congé de convalescente de den» ans; le ,5 septenrbre de la n,éme d semba,q„a sur ,j'Harmon,e», cap. Bounra. le plus pe„, „a™

p^irr;, Capi avec sa *-« * *** «*'

L ietèrent 1 lJs touchèrent a St. Hélène et le 24 dec.

i::a^. e, rits:

cence. celui amenaput snrtout de fat,gner le bénéficia.re. II dé-

barqua en Hollande oomme un collégien en vacances; il était exuberant de v,e et ce n'étai, pa, „ne pa,sible retraite ,,, ™

—, :,ahpatr,e'"ava,t "™tté ,a ^opoieXé de

seulement ses horizons avaiant été ceux dun pet.t bourgeois de

connaftre T reV,Vre 055 Mnées P"dnes et apprendre i connaitre n„e av.l.sat,on européenne plus raffinée, moms sord.de

n»,ns auster. que celle du faubonrg oii U ava,t été élevé e, don. ,

oonservad „n apre souven,, Po„r é,re s4l de ne „en manquer, i, a

Wsant se°sTS tT ' ^ """""" visitWa « «"

Z Ï Z P K eSC°mPle ** 'e Pla,5ir O"'3 a»* 4

r. ira a Paris, y retrouvera Jut,en Se la Gravière, 1'aimable com-

Sluiten