Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

leurs enfans en se passant ordinairement d'accoucheurs et de nourrices. In de voorrede geeft de schrijver zeer duidelijk het doel van zijn schrijven aan in de volgende woorden: rquelques dames chrétiennes pour ne se point laisser séduire k 1'usage presqu'établi aujourd'hui de se faire accoucher par des hommes, ont demandé a s'instruire sur cette coutume qui blessoit leur pudeur et ofïent^oit leur pitié. Elles ont proposé leurs doutes aux personnes, qui les conduisent et c'est pour soulager les consciences des unes et régler le sentiment des autres qu'on a entrepris ce petit ouvrage." In dit werk heeft men zeer goed de zaak van alle kanten bekeken, zooals uit de indeeling van de hoofdstukken blijkt:

Chapitre I. Que la profession d'accoucheur étoit inconnuë dans 1'antiquité, et qu'elle est encore aujourd'hui nouvelle, sans titres et sans autorité.

Chapitre II. Que toutes les nations, a commencer par le peuple hebreu, se sont servies de Sages-femmes, dont la profession est aussi ancienne que le monde et autorisée par les lois.

Chapitre III. Faits et liistoires qui prouvent qu'il a été inoüi dans tous les temps que les femmes se soient servies d'hommes dans leurs couches ou en cas semblables.

Chapitre IV. Que les maximes de la Religion chrétienne sont contraires a la profession d'accoucheur.

Chapitre V. Que la profession d'accoucheur est rarement nécessaire.

Chapitre VI. Que la coutume de se servir d'accoucheurs est moins un usage a recevoir qu'une entreprise a réprimer.

Chapitre VII. Que les femmes sont aussi capables de pratiquer les accouchemens que les hommes.

Sluiten