Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

gen* pour porter les meubles i). Mon marey estoit a la

guerre, chirurgien, d'une compagnie, j'avois laissée une

vieille femme dans nostre maison, qui avoit aussi la clef

de celle de ma mère. La nuict les faux-bourgs furent

pris, et pille tout ce qui estoit meilleur. Ainsy que les

gens du Roy en sortirent, la ville y mit des Lansquenets

en garnison, qui achevèrent tout jusques a la paille; il

n'y resta jamais un baston de bois dont la plupart des

ca\es estoient plaines. Les Lansquenets estant sortis,

1 on fit abattre pour quinze mille livres de maisons *) que'

mon père avoit fait bastir sur le fossé de la porte de

Bussy, qui n avoient esté que cinq ans debout. Nous

demeurasmes sans biens que ce peu que nous avions

sauvé, dont nous vivions, vendant tous les jours pièce a

pièce. Je me mis (pour en me divertissant, gaigner

quelque chose) a travailler en plusieurs sortes d'ouvrages,

comme petit poinct, petit mestier, broderie a jarretières,'

avec des filles voisines du lieu, oü nous estions, auxquelles

j apprenois gratuitement les ouvrages que je s^avois faire,

entre lesquelles estoit la fille d'une miemie amie, qui a

eu 1 honneur d'avoir nourry Madame de France, a présent Princesse d'Espagne a).

l) Tout ce qu'on appelle de nos jours le Faubourg Saint-Germain n'etait alors qu'un favx bourg de la ville et dehors de 1'enceinte fortifiée. La porte Saint-Germain existait au confluent des rues du l'aon et de 1'École de Médecine; elle a été demolie en 1672.

'-) Cela reprósente a peu pres 80.000 francs de notre monnaie, suivant 1'évaluation de M. Leber.

') Elizabeth, fille de Henri IV, nee le 22 novembre 1002, mariée ii Philippe IV, roi d'Epagne, morte en 10W. Ses deux nourrices furent Opportune Oudé, dite, du Fot, première nourrice (Gages:

Sluiten