is toegevoegd aan uw favorieten.

Docteurs et malades

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Intrantis Medici facies tres esse videntur Aegroto; Hominis, Daemonis atque I )ei;

Quam primum accessit medicus dixitque saluteiu,

En Deus, aut custos Angelus, aeger ait.

Oum morbum medicina fugaverit, ecce Homo, clamat.

(Juni poscit medicus praemia, Vade Satan!

(Probablement vers 1638.)

J'ai cherché en vain d'autres images de ce genre: en personne, avec l'aide bienveillant du zêlé sous-directeur Mr. E. A\ . Moes (a qui je dois plusieurs renseignements sur mon sujet et les photographies danoises) au cabinet national d'estampes a Amsterdam, et dans les collections privées du pays; par correspondance, dans plusieurs cabinets d estampes de 1'étranger. Enfin je me suis adressé au docteur .1. Brettauer ïi Trieste, bien connu comme amateur de 1'iconographie médicale et possesseur d'une collection célèbre d'estampes relatives a la niédecine et aux médecins. Je lui demaudai s'il connaissait des images du genre de celles qui nous occupent ici. Sa réponse me fit voir qu'il connaissait uniquement les gravures de Goltzius et qu il n avait jamais vu les autres produits artistiques que je mentionne dans ces pages, ni quelque chose de semblable. II resulte que la conception de cette satire en images, dont médecins et malades peuvent faire leur profit, appartient probablement a Henri (ioltzius.

II y a ici ii se demander si Goltzius, en ce qui concerue le point traité par lui, n'a pas eu de prédécesseurs. Or, coninie je n ai point découvert qui est 1'auteur des vers placés au dessous de ses estampes, il n'est pas absurde de supposer qu'il a eu recours a la plume aussi bien qu'au burin pour exprimer sa pensée, et que les vers en question pourraient être de lui. Je crois devoir examiner la chose de plus prés, et pour cela diviser la question en deux.

Je demande en premier lieu s'il existe des estampes analogues antérieures a 1587, et je serais disposé a y répondre affirmativement.

Au commencement du seizième siècle, vers 1510, parut un livret anonyme, intitulé:

Dit es vander siecten der broosster naturen. en hoe haer ons heere gheneest / Glieprint in die princelijke stadt van Bruessel Inde Zeeridder Bi mi Thomas vander Noot.

Dans ce livre, fort rare, se trouvent deux gravures sur bois, qui présentent assez de points de ressemblance avec la première des quatre