Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Empta solet care multum medicina juvare;

Si qua detur gratis, uil offert utilitatis.

lies dare pro rebus, pro verbis verba solemus:

Pro vanis verbis montanis utimur herbis;

Pro caris rebus, pigmentis et speciebus.

Est medicinalis Medicis data regula talis:

Ut dicatur: da, da, dum profert languidus ha, ha! Da medicis primo medium, medio nihil imo.

Expers languoris non est memor hujus amoris Exige dum dolor est, postquam pena recessit Audebit sanus dicere: multa dedi.

Et dans le liegimen Scholae Salernitanae on exprime le même idéé en ces termes:

Dum aegrotus visitatur,

Dum processus ventilatur,

Cura, te accipere.

Nam ïegroto restituto,

Et processu absoluto,

Nemo curat solvere.

De même c'est indiqué sur les estampes de Goltzius, de Geile et de "Van Vianen, dans les mots »dum dolet, accipe», et lemédeciu hollandais Gérard Goris, de Leyde, qui a publié en 1700 un livre curieux intitulé Medicina Contempta, 011 il traite au Caput XI des »Taedia medicorum«, dit aussi: »Accipe cum dolet; post curam Medicus olet«.

Les Ecossais donnaient au X^ IIC siècle un conseil analogue, lorscpi ils disaient: "'^ou shall take your fee, whilst the tear is in the ee (eye) . Enfin 011 lit dans le Deutscher Sprichicörterbuch de Wander, a 1 article /iililen: »Der Ar/.t hat drei Gesichter... Thue derentwegen die Medici nicht veracht, dass sie in Zeiten ihre Bezahlung fordern, nach dem Sprichwort: Lasst euch zehlen, wenn sie quelen.«

On dit que 1'humanité tourne toujours dans le même cercle. On peut le dire de la médecine en particulier. N'est ce pas le comte 'lolstoi — a moins que nies souvenirs ne se trompent complètement — qui nous a raconte qu'au bal des vertus terrestres on découvrit que la Bienfaisance et la Reconnaissance 11e s'étaient jamais rencontrées ici-bas V

Sluiten