Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

invloed had, bleef inen hechten aan de „tradition de „fait" of „tradition de droit" bij wege van constitutum possessorium, brevi manu traditio of precarium. De regel „donner et retenir ne vaut" bleef hier dus haar volle kracht behouden. Waar de actie uit de bloote schenkingsovereenkomst ontbrak, behield de schenker de beschikkingsbevoegdheid over de geschonken zaak. Eerst wanneer werkelijk werd afgestaan, werd de schenking van kracht en werd de begiftigde geacht de eigendom der geschonken zaak gehad te hebben van den dag der schenking. We vinden den hier geschetsten toestand beschreven bij Ferrière, Coutume de Paris, art.'274 n°. '25; het artikel luidt:

„C'est donner et retenir, quand le Donateur s'est „réservé la jouissance de disposer librement de la chose, „par luy donnée, ou qu'il demeure en possessionjusques „au jour de son décès."

Hierbij wordt dan het volgende aangeteekend: „Ces „termes, jusqu'au jour de son décès, marquent, que si ,,le Donateur a retenu long-temps les choses par luy „données sans rétention expresse de 1'usufruit et qu'en„suite il en fasse la délivrance au Donataire, la Donation „vaudra, et on ne le pourra pas contostor au Donataire „ni a ses héritiers; la tradition ne pourroit même être „faite aux héritiers du Donataire par le Donateur.

„La raison est, que la Donation n'est déclarée nulle, „qu'au cas que le Donateur soit demeuré en possession „de la chose donnée jusqu'a son trépas.

„Ainsi tant que le Donateur est en possession sans

Sluiten