Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

la qualité diêtre bon a celui dont il parle; dans le second cas on voit bien qu'il prétendrait plutót le contraire. On ne saurait inettre, vu 1'usage actuel, la première de ces phrases au Subjonctif, ni la seconde a 1'Indicatif'.

Quand même. Cette conjonction peut avoir le sens réel ou le sens supposé. Prenons deux exemples:

a. Quand même il faisait nuit, il fallait partir.

b. Quand même il ferait nuit, il faudrait partir.

a. Al was het nacht, toch hadt TJ moeten vertrekken.

b. Al wa§ het nacht, dan moet ge toch vertrekken.

Dans la première phrase il s'agit d'une chose qui a eu lieu. La personne a qui 1'on s'adresse aurait dü partir a. telle ou telle occasion; elle ne 1'a pas fait, on le lui reproche et elle essaye de s'excuser en prétextant qu'il faisait nuit. L'autre lui fait observer que ce n'était point la une raison de ne pas partir.

Dans la phrase b tout est supposition. On cause d'un fait qui pourrait se produire. L'un des interlocuteurs est d avis que si alors il faisait nuit on ferait mieux de ne point partir. L'autre lui répond qu'au contraire, même pendant la nuit, il faudrait partir si la chose avait lieu.

Si. La conjonction concessive d'affirmation si est toujours suivie de YIndicatif. (voir 1'article concernant cette conjonction, page 6).

Encore que et nonobstant que. La première est plutót du style élevé, purement littéraire; la deuxième ne s'emploie plus guère. Elles se construisent avec le Subjonctif.

Les conjonctions interrogatives de concession réellergiu

que, quel que, etc. etc. sont toujours suivies du Subjonctif.

Sluiten