Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

contradiction des pecheurs contro soy-mesme, a fin que ie ne soye ennuyé pour defaillir en mon courage. Ie considere que ie n'ay pas encore resisté contre le pêché iusques au sang. II doit suffire (dit lesus Christ) quand le seruiteur est aussi bien traité que son maistre: car lc seruiteur n est pas plus grand que son seigneur. I ay bien matiore de me resiouir grandement, que ie voy que inon Maistre lesus Christ me fait 1'honneur de me faire seoir auec luy a ^ sa table, ino faisant ma souppe de son mesme pain, et me P- 77 faisant // boire a sa propre couppe et en son hanap ') Est-ce la peu de chose de suyure vn tel Seigneur? C'est luy qui a fait le ciel et la terre do rien par sa parole vertueuse. C'est luy deuant la face duquel les Anges et Archanges couurent leurs faces et trerablent deuaut luy: et voicy moy vn poure ver do terre onuironné d infirinite, il luy plaist m'appeler son amy et non pas seruiteur. O quel honneur! II ne fait pas mesme eest honneur a ses Anges de les admettre a souffrir pour son nom. Et qui suis-ie moy pour receuoir vn tel honneur de mon Dieu? Certes ie suis raui au ciel, quand ie considere ces choses. Et comme si c estoit peu de tout cola, il me console sans cesse en mes combats, il est icy prisonnier auec moy: i'enten lesus Christ mon Maistre. Ie le voy, par maniere de dire, enclos et enferré en mes fers et liens. Ie le voy des yeux de mon esprit enclos en ma prison obscure et tenebreuse, comme il m'a promis par sa parole tresueritable d estre auec moy tous les iours iusques a la fin. II dit 378 que quand 1 vn de ses plus petits di-//sciples est prisonnier, que c est luy-mesme, disant, I'ay esté prisonnier, et vous m'auez visité. II disoit a Saul, Saul, Saul, pourquoy me persecutes-tu ? et cependant il ne persecutoit sinon les poures fideles. Mais Christ dit que c est a luy qu il s'attachoit. II a dit par son prophete Zacharie, Qui vous touche, il touche la prunelle de mon oeil. Qu'y a-il de plus pretieux et de plus pres gardé que 1'ocil P et cependant voila mon Seigneur qui dit, que le mal et les afflictions qu'on me fait luy redondent droit en la prunelle de 1'oeil, O quel Maistre, ó quel Seigneur mon Dieu m a fait trouuer! Trouuera-on beaucoup de maistres qui parleront ainsi de leurs seruiteurs? ie ne le croy pas. II est icy auec moy auec vne infinité dAnges, me consolant et fortifiant, et fa sant sonner ceste tant douce melodie des paroles de 8a bouche en mes oreilles, me disant, Ie donneray a celuy qui veincra, a manger de 1 arbre de vie, lequel est au milieu u paradis de mon Dieu. Item ie cognoy ta tribulation et ta p. 9 poureté, mais tu es riche. Tu es blasmé // de ceux qui se

1) „Hanap'' beteekent: drinkkom.

Sluiten