Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ment maintenue, ils fussent condamnez. Bref tous deux sont demeurez victorieux et ont triomphó de leurs ennemis au milieu de la mort comme on peut voir par leurs escrits. Ainsi que monsieur De-Lagrange fut mené au supplice, estant sur l'eschelle, quelque grand bruit que fissent les soldats enuironnans le gibet, il protesta a haute voix qu'il ne mouroit pour autre cause que pour auoir annoncó et maintenu la pure veritó de Dieu au peuple: et de cela il en prenoit le ciel et la terre en tesmoignage. Ainsi passa ce fidele seruiteur de Dieu de ceste vie a la vie eternelle.

Peu apres on amena M. Guy, lequel estant arriuó au supplice se prosterna voulant faire sa priere au pied de l'eschelle,

mais on ne luy laissa acheuer, car le releuans le firent soudain monter. Estant sur l'eschelle, ayant mis les pieds entre les eschellons, il exhorta premiereraent le peuple a porter reuerence au Magistrat, remonstrant qu'aucuns ne s'estoyent ac-//'quitez en ce p. 395 de leur deuoir. Puis les pria de vouloir perseuerer en la doctrine laquelle il leur auoit annoncó: protestant qu'il n'auoit presché que la pure verité de Dieu. II n'acheua pas du tout son propos, d'autant que les Commis firent signe a 1'Officier de se haster. ce qu'il fit. Mais incontinent que ce bon personnage fut mis ius '),

aduint vn tel trouble entre les soldats qui estoyent tous en armes sur ledit marchó, qu'ils se prindrent incontinent a courir par la ville, delaschans leurs harqubuzes sur ceux qu'ils roncontroyent tant Papistes qu'autres, voire s'entretuans eux-mesmes: tellement que depuis a esté rapporté fidelement que iusques au nombre de douze y ont esté que tuez, que demeurez sur le champ, a sauoir ceux qui ayans estó blessez sont morts depuis entre plusieurs autres naurez. Et s'estoyent ainsi esmeus sans occasion quelconque: de sorte que les Capitaines ne pouuoyent retirer, n'empescher sans grande difficultó ceux qui se mettoyent a piller les boutiques.

Dequoy nous ne pouuions autre chose // penser, sinon que Dieu p. 396 leur auoit enuoyé eest espouuantement pour vn signe de son iuste iugement. Car ils estoyent tellement saisis de frayeur qu'ils pensoyent estre accablez sans toutefois rien voir.

L'ISSVE des deux Michels Herlins pere et fils, et Iean Mahieu, honorables Bourgeois de Vallenciennes. <! La mesme epistre poursuiuant sa narration, descrit Tissue des deux Michels Herlins pere et fils, et de Iean Mahieu, hommes fidelles et notables *).

1) Fut mis ius, d.i. naar beneden gelaten was. De schrijver wil zeggen, dat de ladder van de galg was weggetrokken.

2) Het wedervaren der beide Herlin's en dat van Jean Mahieu is eenigszins uitvoeriger beschreven door Crespin, Histoire des vrays Tesmoins de la verite, [Genève], 1570, lol. 69i »—696 r; in de uitgave van D. Benoit, Histoire des martyrs persecutez et mis a mort pour la verite de Vevangile, Toulouse, 1889, T. lil, p. 584—588.

Sluiten