Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

domaine et paraissant presque insolubles, k moins qu'une cause fortuite n'y contribuat. II crut pouvoir la trouver dans 1'invitation qui lui fut faite, de participer k un congrès général de bibliothécaires, devant être tenu k 1'exposition universelle de Chicago de 1893. Lk, il espérait trouver ce qui manquait encore en Europe: une organisation énergique et un soutien pécuniaire. De plus en plus, se disait-il, les bibliothèques et les savants américains sentent le besoin de faire leurs études sur des bases originelles et de comparer exactement les vieux manuscrits. Ceux-ci, jalousement conservés dans les collections européennes ne peuvent jamais être envoyés dans le nouveau monde et restent donc généralement inaccessibles aux Américains, k moins que la photographie ne leur en procure des copies fidèles. L'Amérique a donc le plus grand intérêt k ces reproductions et pourrait facilement procurer les fonds nécessairci pour créer dans les bibliothèques européennes ce qui, faute d'argent, est fort difficile k celles-ci et cependant d'une utilité incontestable.

Personne ne pouvait mieux que le Dr. Hartwig, entrevoir la véritable utilité de ces reproductions; au cours de sa longue carrière de bibliothécaire, il avait acquis de grands mérites au sujet du développement d'un systeme libéral du prêt des manuscrits entre les bibliothèques de différentes villes et de différents pays. II en avait souvent démontré 1'avantage et la nécessité dans son „Centralblatt für Bibliothekswesen". Mais, malgré tout ce qu'il pouvait organiser, la grande difficulté continuait néanmoins toujours k exister, en ce que beaucoup de manuscrits indispensables aux études, sont précisément si précieux k cause de leur importance, qu'ils ne sont guère prêtés au dehors, méme par des bibliothécaires libéraux. De tels ouvrages devaient donc être rendus accessibles k tous d'une autre manière, c. a. d. par la reproduction. Le Dr. Hartwig, dans ces circonstances, voulut justement s'adresser k ses collègues américains pour une autre raison encore: k savoir, son grief contre les prix élevés qui souvent rendaient impossible 1'acquisition de ce qui avait été publié autrefois k ce sujet. Avec la collaboration des intéressés et en dirigeant lui-même 1'entreprise, il espérait y apporter du changement et pouvoir publier des reproductions d'un prix relativement minime.

Sluiten