Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

comme trés prudent et discret. Même souvent, il a paru difficile de rentrer plus ou moins dans les frais que nécessitait 1'impression d'un volume. Mais 1'éditeur ne s'en est jamais plaint et il ne s'en plaindra jamais. Dans cette entreprise, il a toujours eu en vue le grand service qu'il croyait pouvoir rendre a la science en mettant en exécution pour sa part les louables projets du Dr. du Rieu et ce, k une époque oü il fallait pour ainsi dire tout a fait y renoncer. II avait pleinement conscience, qu'au point de vue financier, pareille entreprise n'aurait pas été défendable, et jamais il n'a pu être animé du désir de réaliser un bénéfice pécunaire. II peut se déclarer parfaitement satisfait s'il parvient k réaliser ces belles et utiles éditions sans subir de ce chef de trop grandes pertes. II ne pourrait vraiment être question de quelque déception que pour ce qui concerne plusieurs bibliothèques de l'Amérique, rcputées comme trés riches. C'est k celles-ci qui, quelquc richement pourvues pour le reste, sont et doivent rester trés pauvres en anciens manuscrits, que les reproductions des manuscrits étaient tout d'abord destinées. La supposition de trouver dans l'Amérique un débit assez vaste de ces „Codices" ne semblait pas risquée, après tout ce qu'on avait discuté au Congrès des Bibliothécaires k Chicago en 1893. Or, il a paru que tel n'était pas le cas. Le nombre d'exemplaires de chaque volume paru, fourni pour le compte des Américains, est tristement petit, même si petit, qu'il serait vraiment devenu impossible de continuer 1'entreprise si, par contre, on ne jouissait pas d'un certain appui accordé d'autre part, principalement par les bibliothèques universitaires allemandes.

Dans les nombreuses critiques favorables, parfois même flatteuses que 1'éditeur récoltait, tant publiquement dans diverses revues, que privatim, souvent une plainte le frappait, formulée d'une manière plus ou moins bienveillante et ne concernant pas la valeur intrinsèque de ses publications, mais seulement 1'élévation de leur prix. Même quelquefois on indiquait, combien il était regrettable que 1'affaire n'eüt pas été dirigée par les Bibliothécaires mêmes, selon 1'idée primitive de Messieurs Hartwig et du Rieu, puisqu'alors la même chose aurait pu être acquise pour un prix notoirement inférieur. Ceux qui raisonnent ainsï mécon-

Sluiten