Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

11 est a remarquer d'ailleurs qu'en admettant qu'on parvint a determiner la division d'un résonateur en (|uatre concamérations successives, le procédé d'observation basé sur la production d'une étincelle au micromètre ou d'une luniinescence (Firn tube-enveloppe doit être iinpuissant u inontrer le 2 "lc harnionique ainsi que tont harmonique de rang pair. — En ellet dans la division quïndique la théorie et dont les expériences de luniinescence démontrent 1'existence, les deux noeuds de vibration situés aux póles du micromètre sont de signes contraires (tig. (i). Pour une division en quatre concamérations harmonique) les poles du micromètre seraient les sièges de noeuds de mêmes signes, (lig. 7). ür il est fort possible que 1'étincelle, comme la luniinescence, n'est due qu'ii 1'existence de noeuds de vibration voisins et de

signes contraires, et qu'aucun phéuomène lumineux n'accompague 1'existence aux póles du micromètre de noeuds de mêmes signes.

Toutefois c'est la une assertion que 1'expérience seule, si 011 parvient a la réaliser, pourra vérifier.

Résonateur a coupure. On a inséré les ares métalliijues dans les tubes de verre a air rarefié de trois manières diflerentes:

Les deux ares conducteurs constituant le résonateur sont placés dans un inêine tube circulaire de telle sorte que la coupure est a 1'intérieur du tube, dans Fair raréfié, (tig. S). Ou bien encore les deux ares sont contenus chacun dans un tube circulaire épousant sa forme. Dans ce second cas, les extrémités de la coupure se trouvent i rintérieur, (lig. !•) ou ii 1'extérieur, (tig. I 0) des tubes de verre. Le micromètre est dans tous les cas disposé a 1'cxtérieur des tubes.

Coupure dans Vair rarejie, (tig. 8). — Les azimuts d'extinction et de maximum d'ellet sont les mêmes que pour un résonateur a coupure dans

Sluiten