Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

quelle M. Lorentz a pu prévoir et expliquer le phénomène de Zeeman.

Considérons en effet le cas particulier /,='), /-i = ^> <J52==0j # —— 1;r. On a ainsi un ion de charge — A' doué d'une vibration circulaire, et précisémeut un ion, qui parcourt une circonfcrence dans le plan y ~ ayant sou ceutre en O et 1111 rayon /. Si on observe de x vers O le mouvement du ion est lévogyre.

Or les formules (5), appliquées a ce cas particulier, montrent que pour tout point de 1'axe (h;s ./■ assez eloignee de 1 origine les deux torces out des valeurs constantes el tournent uniforméinent a gauclie autour du dit axe avec une période 1 : //, et I on a ainsi 1 equivalent d un rayon luinineux a polarisation circulaire levogyre.

Si la charge du ion est supposée positive, le rayon resle lévogyre. Le sens de la polarisation ne dépend donc pas du signe de la charge du ion. Mais si I on tient coinpte du sens dans le quel le phenoinene de Zeeman se produit, et Ton admet que la cause de ce phenomene est bien celle ijue M. Lorent/ lui a assigné, on est obligé d'admettre, comme on 1 a fait déja remanjuer, que le ion, dont le mouvement produit le rayon a •polarisation circulaire, a une charge négative.

11 serait facile de tirer des formules données de nombreuses consequences; mais je men abstiendrai, d'autant plus qu'elles sont analogues a celles qui se rapportent aux ondes produites par un couple de deux charges électriques de signes contraires, (;tudiées déja dans 1 ouvrage cité plus liaut.

23*

Sluiten