Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

<le vibration est nécessaiieinent celui (jui définit la vibration rayonnée a mie grande distance par mie particule et il n'est pas ltesoin puur kaffirmer de préciser en aucuiie manière la nature des rellexions sur lu. particules. Mais la déraonstratioii de ce résultat n'est plus possible n liriori quand la distance est quelcouque; nous 11e savons pas alors si le

tvpe de vibration en - subsiste seul, ni si un plande particules réllécliit r

une vibration de propagation uniforme, a une distance par exemple inférieure a une longueur d'onde.

La question étant ainsi posée, j'ai trouvé (jue pour expliquer les t'aits connus, il est nécessaire d'adinettre que la vibration s[r, /), rétlécbie en O' (tig. 1) par les diverses particules 1/ d'une couelie plane S. subit une propaijation anomale au voisinage du plan S: La pliase et 1 amplitude de la vibration rétlécliie en O' ne peuvent être indépendantes de la distance r de O' au plan <S'. — Cette propagation anomale ne se présente pas pour la vibration ni pour la condensation sonores réHéchies par un plan que recouvrent uniformément des splières pulsantes. ') M ais nous allous la trouver satisfaite pour la force électrique réfléchie par mi plan de petits oscillateurs liertzieus.

II. Rkflexiox a petitk distance et méoanisme de i.a RÉl'uactiun.

k Propagation anomale des vibrations réjiéchies par les particules. II convient maintenant d'introduire la comparaison d'une particule

que la vibration élémentaire p (/■, I) que la particule située en O envoie en O' est en avance (le sur la vibration résultante en O'. Cela tienta ce que les divers retards [jc — r) des diverses vibrations issues des diverses particules M fournissent, pour la résultante en O' calculée par (1), le retard

') Grouy. Ann. de Ch. et de Phys. (6), t. XXIV, pag. 27—30. Du principe de Huygkns. — La théorème que nous énonrons n'est d'ailleurs soumis ii aucune des difficultés du principe de Hivc. i:ns paree qu'il ne s'agit pas de 1'émission par des cléments cVonde, mais par des particules; le principe de la superposition des petits ébranlements émis par les particules est seul néeaissaire comine pour le théorème démontré ici (pag. 4, note 1); 1'émission par un plar. de particules a lieu indifférement au-dessus et au-dessous du plan; d'un coté elle fournit 1'ébranlement réfléchi; de 1'autre, elle s'ajoute a 1'ébranlement incident pour déünir l'ébranlement transmis.

Sluiten