Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

tiuuité des états liquide et gazeux" il arriva par utie (liscussion théorique approfondie a l'équation

(1) (p + ^){v-b) = RT

a laquelle son noin est attaché. Les 3 constantes, a, b, R out un seus physique bieu net: u représente 1'attraction specifique moleculaire, b un multiple du volume des molécules, A' la constante de 1 equation pr = li'T des gaz parfaits, laquelle est sous la dépendance immédiate du poids moleculaire. 11 montra (jue cette équation rendait compte des propriétés essentielies des lluides et particulièreinent des phénoinènes critiques découverts par Andrews. Et depuis il a su 1'appliquer avec un rare pénétiatiou a la solution des questions nouvelles posees par les progrès de la science.

L'équation de van dek Waals représente bieu les grandes ligues du phénomène; mais les physiciens qui ont voulu descendre dans les détails soit de 1'analyse, soit des applications pratiques ont toujours été amenés ïl y iutroduire des moditieations plus ou moins protondes.

1 L. MODIFIOATIONS \ LA FOlllIULE DE VAN" DEIl WAALS ET EQUATIONS CABACTÉRISTIQUES A 1'LUS DE TROIS CONSTANÏES.

Les moditieations qui ont été proposées a l'équation de van der Waals se rangent en deux groupes différents; les unes ont été inspirées de vues théoriques, les autres dérivent de raisons empiriques.

Au point de vue théorique, van der Waals, après être parti de la formule du viriel de Clausius, adoptait successivenient pour évaluer la pression interne et le covolume deux voies dillerentes, saus lien avec cette formule.

Le moi'.e de calcul qu'il choisit souleva quelques objections de la part de Maxwell '), dont la voix autorisée fut d'ailleurs la première a signaler dès 187 t 1'eNceptionnelle portée de son travail.

II. A. Lorentz2) perfectionna la théorie et donna une belle discussion

') Xature. Vol. X, octobre 1*74. ') Wied. Ann. t. XII, 1881.

Sluiten