Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Que donne 1'expérience sur ces deux points? Pour le premier coëfficiënt elle indique ïi peu prés 3,6 au lieu de 2,66. 11 en résulte que 1'équation de van dek Waai.s représente assez mal la compressibilité du fluide entre la pression atmosphérique et la ])ression critique, tout au moins au voisinage de la température critique. (Cf. les isothermes critiques de la tig. ]). Nous sommes ameués a iutroduire une valeur voisinc

32 ,

de 3,0 telle que = 3,50 dans 1'équation réduite. Mais alors elle ne

satisfait plus aux relations du poiut critique: <p [x, v, ó) = 0,

'—^ = 0. Elle peut v obéir pourtant a condition d'admettre avec Ci.ai <h-

su s que la pression interne soit en forine ^ Pour que ce chan¬

gement n'introduise pas de constante nouvelle, il faut que n soit le même pour tous les corps. En particulier avec •/, = 3 on aboutit a 1'équation réduite

T 1(5 1 1 C l\

L~ 3 V 9/ 9 J

Cette nouvelle équation conduit a la valeur liniite beaucoup trop

faible v — (j pour i = 0 ou 3-=oo. Elle représente donc tres mal la

compressibilité du fluide pour de fortes pressions (Cf. la figure).

On échapperait a ce nouvel inconvénient si 1'on conservait la parenthese (u—?.) de van der W aai.s tout en faisant égal a 32 9 le coëfficiënt du tenue en Ó. Pour y arriver il suftit d'adinettre que le dénomiuateur de la pression interne n'est pas un carré parfait, mais un trinome du 2C degré. On a alors 3 coefficients que 1'on détermine par les 3 équations du poiut critique. On trouve ainsi:

T 4-1 18> V 1NM,

L ~ o 108 u2 -)- 96 v—35 J \ 37 9

Cette équation re])résente aussi bien que celle de ('i.wsius la régiou des grands volumes gazeux sur risotherme critique et aussi bien que celle de van der Waals la régiou des fortes pressions.

Toutefois cette dernière même indi(|ue une compressibilité trop faible des que 1'on dépasse //— 15pc soit pour les liquides, soit pour les gaz

Sluiten