Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

pour les pliénomènes pbysiques eonsidérés sont superieures a celles (|ue révèle l'expérience.

('ette constatatiou est en faveur de Fopiuion c[ui regarde Fattraction spécifique moleculaire comine une fonction décroissante de la température.

'2° La variation du produit pc entre les faibles pressions et les pressions répondant aux phénomènes eonsidérés est toujours ])lus faible que celle qu'indique l'expérience.

('ette constatatiou milite en faveur du remplacement du tenue ajc(pression interne) par une expression de forme

a

+ •l Abr -\- Bh1'

La manière dont 1'équation de van dku Waals répond a 1'ensemlile des phénomènes n'en est pas moins des plus remarquables. Et sa supériorité sur maintes des modifications empiriques (telles ([ue celles de Clatsius) proposées pour 1'améliorer, ressort du fait que ces modifications en rapprochant la formule de l'expérience sur de faibles portions du réseaiij 1'en écartent coniplètement dans les parties éloignées.

V. DISC I SSION SOMM AIRK UE QUEL^UES KQl'ATIONS CARAC TKRISTIQl"KS.

Pour discuter les diverses équations caraetéristiques ii .'i constantes, i! convieudrait de procéder comine je 1'ai fait dans les pages précédents pour celle de van deii W aals et de dresser pour chacune d'elles un tableau analogue. Cette comparaison m'entraïnerait trop loin: aussi me contenterai-je des indications suivantes.

On a vu plus liaut la comparaison de 1'isotherme critique réduit de 1'anlivdride carbonique avec les isolhermes critiques de van der \\ aals et de Clai sii s. II en résulte que la moditication projiosée par Cursus a pour effet de faire baseuier 1'isotherme autour du point critique. F,11e ne rétablit la concordance avec l'expérience pour les faibles et moyennes pressions qu'en la détruisant pour les fortes pressions.

On s'explique ainsi la faveur qu a rencontrée 1'équation de Claushjs: envisagée a un point de vue pureinent empirique, sa t'orine se prête mieux a la représentation des résultats obtenus pour les gaz sous des

Sluiten