Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

semble alors que ce mouvement doit être appelé non-réversible. Uil miroir, p. e., 11e renverse absolument pus le pbénoinène, car par le mouvement inverse, les dernières vibrations produites, c.-a-d. les plus faibles, devraient revenir les premières au vibrateur et puis être constaniment suivies de vibrations plus fortes; tandis que ee sont au contraire les ])remiers rayons que le miroir renvoie les premiers au vibrateur. II me parait tont aussi pen possible dobtenir d'une autre manière la moditication inverse.

Examinons maintenant un corps radiant, coinposé d'un grand nombre de vibrateurs semblables, et voyons si la modification dc radiation qui émane de ce corps est réversible: il uous faut alors rcinarquer (|uecette question pent être prise dans deux acceptions dillcrentes. En premier lieu, nous pouvons considérer comine niodilication inverse un mouvement ipii soit compléten/rilt identique a celui qui a lieu en réalité, mais qui a lieu seulement en sens inverse. En second lieu, on peut envisager comme telle une moditication qui soit 1'inverse de 1'action vêritable, jiourvu i/ic'oii tienne compte seulement (l<'x coordotiuées mesurable« (appelées par J. J. Thomson „controlable coordinates").

Comme les coordonnées mesurables sont les seules que nous puissions percevoir, 1'unique circonstnnce qui influera sur les phénomèues que nous observons, (r'est leur réversibilité ou uon-reversibilité selon la seconde acception.

Et dans ce cas, M. Pi.anck a assurément le droit de regarder Ia libre propagation des radiations comine un pbénomène réversible. 11 le démontre lui-inême en laissant les radiations se rétléchir sur un miroir concave, croyant ainsi renverser la moditication. Toutefois, comme ce miroir devra être un „miroir parfait", et que ceci n est qu'une fiction, qui ne st: présente pas dans la nature, je tiens préférable dc faire cette démonstration d'une manière dillerente. Nous pouvons y arriver en iinagiiiant deux splières concentriques qui envoient des rayons 1 une vers 1;utre, tont en ayant la même teinpérature ct émettant les mêmes longueurs d onde. En ce qui coueerne les coordonnées niensurables (c. a. d. la quantité d énergie et la longueur d'onde), la radiation de 1'une des splières vers l'autre sera tont a fait identique ii celle de la seconde vers la première.

Cependant, 011 peut aussi se demander si la libre propagation des radiations est réversible selon la première acception. II nous faudra alors examiner 1° s'il est toujours en notre pouvoir de faire s'accomplir

38

Sluiten