is toegevoegd aan uw favorieten.

Criminalité et conditions économiques

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

croit que les reproches de Turati ne sont pas appuyés par de bonnes raisons, paree que i°. la théorie des substitutifs pénaux ne se borne point a la désignation de moyens spéciaux pour des crimes spéciaux, mais qu'elle donne aussi des moyens universels pour tous les genres de crimes; 2°. les améliorations défendues par 1'auteur et ses adherents ont le grand avantage d'avoir été proposées d'après des recherches scientifiques et d'être immédiatement pratiquables. Comment pourra-t-on jamais arriver a la transformation désirée, si le système entier des substitutifs pénaux n'est qu'un palliatif inutile?

II n'y a que deux chemins qui conduisent a la réussite: celle d'une révolution violente — et Turati rejette ce moyen — et celle des améliorations successives. Mais c'est justement ce que 1'école pénale positive désire, et c'est pourquoi la différence entre cette école et les socialistes scientifiques a entièrement disparu. Cependant Terreur des socialistes est toujours qu'ils veulent d un seul coup atteindre a tout, et qu ils comptent trop peu avec ce qui est a notre portée. II y a beaucoup de socialistes qui craignent que la bourgoisie ne se départira jamais sans contrainte de ses privileges et qui, a cause de cette idéé, ont encore beaucoup de sympathie pour la révolution. Cependant cette crainte n'est pas fondée. Car la plupart des améliorations sociales ont été faites par les classes règnantes sans qu'elles y fussent poussées par la force révolutionnaire.

Le prof. Ferri tire la conclusion que le milieu social est circonscrit pour la plus grande partie par les conditions économiques, et que celles-ci ont une trés grande influence sur la criminalité. Les socialistes et les sociologues évolutionistes différent donc d'opinions en ceci : que les premiers croient se rendre utiles en protestant et en prophétisant, tandis que les autres sont d'opinion qu'il est plus pratique et plus scientifique de s'appliquer a des améliorations partielles.

— On ne peut lire ce chapitre sans s'étonner du ton décidé dont 1'auteur se déclare contre une théorie, qu'il 11e connaissait alors que par ce qu'il en avait entendu dire. La formule classique du matérialisme historique est citée de seconde main d'après une critique du prof. A. Loria ') sur un ouvrage de Puviani, qui dit que 1'évolution économique est a son tour déterminée par 1'augmentation constante de la population (théorie entièrement opposée a celle de Marx).

Et comment 1'idée de cette théorie est-elle rendue? Que le lecteur juge lui-même! Dans 1'original on lit: „In der gesellschaftlichen Produktion ihres Lebens gehen die Menschen bestimmte, nothwendige, von ihrem Willen unabhangige Verhaltnisse ein, Produktionsverhaltnisse, die einer bestimmten Kntwicklungsstufe ihrer materiellen Produktivkrafte entsprechen. Die Gesammtheit dieser Produktionsverhaltnisse bildet die ökonomische Struktur der Gesellschaft, die reale Basis, worauf sich ein juristischer und politischer Ueberbau erhebt, und vvelcher bestimmte gesellschaftliche Bewusztseinsformen entsprechen. Die Produktionsweise

1) Qu'on lise le jugement de F. Engels sur le prof. A. Loria comme homme scientifique: p. XIX sqq. Vorwort »Das Kapital.r Dritter Band. 11 accuse eet auteur de fausser la conception matérialiste de 1'histoire.