is toegevoegd aan uw favorieten.

Criminalité et conditions économiques

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Celui qui a un droit sur quelque chose veut la garder pour lui seul, et ne tolère pas qu'un autre y porte atteinte. Quand 1'homme considere la femme comme sa chose, ou quand il a un grand pouvoir sur elle la jalousie sexuelle se joint aux sentiments résultant de la propriété. Ces derniers sentiments étaient plus prédominants chez les peuples prinntifs que la véritable jalousie sexuelle, le fait que chez beaucoup de ces peuples un des devoirs de 1'hospitalité prescrivait de mettre la femme a la disposition de 1'höte, en est une preuve.

De la forme actuelle du mariage (de même que chez beaucoup de peuples primitifs) il résulte que les deux partis ont un droit 1 un sur 1'autre. ') La violation de ce droit est considérée comme un grave prejudice qui fait naitre des sentiments de vengeance. Ce phénomène n'est pas naturel mais historique. Si 1'état de la société tel qu il est de nos jours ne nécessitait pas une stabilité artificielle des relations sexuelles, si 1'homme et la femme étaient économiquement indépendants, ils ne croiraient pas avoir des droits 1'un sur 1 autre.-)

Voila le premier lien entre la jalousie sexuelle et 1'ambiant social. Mais il y en a encore un second, quoique plus éloigné, c. a d. que ce n'est que chez ceux qui n'ont qu'une conception grossière de la vie entre mari et femme, que surviennent des sentiments de vengeance quand 1'amour disparait chez 1'un deux. Ceux qui grace au milieu dans lequel ils vivent ont une autre idéé des relations entre homme et fetnme, tout en ressentant la plus violente douleur, restent étrangers aux sentiments de vengeance. Celui qui sait que ni 1'amour ni la sympathie ne se commandent, sait aussi qu'un droit dans cette matière, ne saurait apporter de changement dans les sentiments et ne resterait qu'apparent; il ne voit que 1'action de la fatalité, la oü la brute ne voit que mauvaise volonté. Voila e. a. pourquoi le nombre des crimes passionnels est moins grand parmi les civilisés que parmi les non-civilisés.

II faut que je fixe encore 1'attention sur une sorte de crime passionnel: sur la vengeance de la femme séduite et puis abandonnée. A cóté de la jalousie sexuelle il y a, dans ces cas, encore d'autres motifs qui jouent leur róle. Souvent la femme ne s est pas donnée seulement par amour, mais aussi avec la perspective d'un mariage ou d'une amehoration de sa position économique. Ce n'est donc pas la vengeance sexuelle qui est ici souvent le motif, mais aussi la vengeance pour des raisons

1) II est évident que cela intlue aussi les relations qui ne sont pas sanctionnées

^ 2) Les faits sont la pour prouver que ce raisonnement n'est pas hypothétique. On ne trouve presque pas de mention de jalousie sexuelle la ou 1'homme et la femme occupent tous deux une position indépendante. Comparez L. H. Morgan, »Die Ur-

^ Le mariale actuel se relie encore d'une autre facon aux crimes dont nous traitons ici, sans que "la vengeance soit le seul motif c. a d. 1'assassinat dun des epoux par 1'autre, afin de rendre possible un mariage avec un tiers. . . „

Quand les statistiques criminelles parient de sdiscussions domestiques comme cause de crime, des motifs économiques peuvent être en jeu (discussions entre marl et femme paree que le salaire n'est pas remis a la femme, etc.), ou bien des motifs sexuels, ou encore des disputes par suite d'incompatibihte d humeur. Ces motifs se relient & leur tour a 1'indissolubilité du mariage qui contraint des personnes qui par leur nature ne sont pas propres a etre unies, a vivre ensemble.