Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Le Bienheureux Pcre parall avoir de très-bonne hcurc pressenti la grace et la gloirc auxqucllcs Dieu le deslinait. Souvent, dans ses jeu* avec les cnfants dc son age, on Tentendak répéter ces paroles inspirées : « Moi, je veux étre martyr; oui, moi, je serai marlyr. » II était d'un naturel très-gai, quoique cette gaielé n'allêt jamais jusqu'a la dissolution; et l'allégresse qu on voyait paraltre habituellement dans ses traits, dans ses manières et dans toutes ses actions, donnait une grêce mervcilleuse a sa jeunesse, et le rendail cher et agréable a tout le monde. Ses parents Pappliquèrenl d'abord è I étude de la grammaire, oü il fit assez de progrès; mais plus tard (peul-être leurs moyens de fortune ne ieur permettant plus de 1'y laisser), ils le relirèrent de l'école et le placèrent en apprentissage chez un tailleur.

§ 2. Sa vocation a VOrdre de saint Franrois.

l-a grice cependant croissait en lui, a mesure qu'il avancait en êge. Or I esprit Saint, qui l'avail ('ormé pour être un jour un des bcaux ornements de son Eglise, l'appela a la religion de notre Séraphique Père, Saint Francois.

Ce ne fut pas toutefbis sans une terrible quoique miséricordieusc intervention de la juslice de Dieu, que le picux jeune homme fut amené a demander qu'on 1'admSt dans l'Ordre. C'élait en 160i. II y avait a Bruxelles, oü Richard se trouvait alors, deux jeunes étudianls qui, au lieu de s'appliquera l'étude, ne pensaient qu'a vivre dans le plaisir et la débauche. Une nuit, enlre autres, qu ils étaient allés se livrer au crime chez une femme dc mauvaise vie, Tun d'eux se retira aprèsquelque lemps, laissant derrière lui son malheureux compagnon. Arrivé chez lui, il se déshabillait pour se meltre au lil, quand il se ressouvient qu'il n'avail pas récité, ce jour la, les quelques AvcMaria qu'il avait coutume de dire chaque jour en l'honneur de la Sainle Vierge. Comme il était accablé de sommeil, eet acte religieux lui coülait; néanmoins il fit u„ effort sur lui même et s'en acquilta, quoique sans dévotion et presqu'en dormant; ensuite, il se coucha. Dans son premier sommeil il entend tout a coup frapper rudement a la porte; et, immédiatcinent après, la porie restant fermée, il voit devaiit lui son compagnon tout deliguré et tout hideux. « Qui es-tu? » lui dit-il. — « Eh quoi! ne me reconnais-tu pas? » répond le malheureux. - «Maiscommentsefait.il que lu sois si changé? tu ressemblea un démon! « —« Ah! plains-moi, je suis damné. » - « Comment cela ?« Eh bien, sache qu'au sortir de cette

Sluiten