is toegevoegd aan uw favorieten.

Antwerpen vóór 100 jaar

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

a Février. J'ai vu aujourd'huy un combat. J'ai éprouvé avec plaisir que quoique ce fut mon coup d'essai je n'ai eu aucune frayeur; il m'a même semblé remarquer que les généraux, gens dont la nature depuis de longues années est de se battre étoient moins rassurés que moi : peut-être paree qu'ils voyoient mieux le danger que moi : a cinq heures du matin le général Bruny vient me réveiller avec tout son état major, il me fait des reproches sur ma trop

défense de la ville.

» A 1'arrivée de Carnot, les Franfais ne conservaient en dehors que les postes de Berchem et de Borgerhout. Le général anglais Graham était devant Anvers. II s'occupait a élever des batteries incendiaires derrière la digue Ferdinand et en avant de Merxem, pour brüler les vaisseaux dans le bassin; mais grace a 1'activité du vice-amiral Missiessy, secondé des chefs de la marine, 1'escadre désarmée et blindée, n'avait rien a craindre de cette attaque. Un feu soutenu du corps de place fut dirigé contre les travailleurs et les ouvrages des Anglais, tandis que le fort Ferdinand et la batterie des Anguilles, commandés par le capitaine de frégate Dusseuil, les canonnèrent a revers.

» Le 3 février, le feu des batteries franfaises continua avec la même intensité; celui des assiégeants, qui ne commenfa qu'a trois heures de 1'après-midi, finit vers les huit heures du soir, de sorte que, pendant tout ce temps, quarante bouches a feu ne cessèrent de lancer des bombes et des boulets rouges. Un magasin de planches, une maison adossée a ce magasin, furent embrasés, mais en peu d'instants on parvint a maltriser 1'incendie : quelques vaisseaux furent traversés par des boulets rouges, mais sans avarie notable

» Un conseil de défense fut formé a Anvers. II était composé du général Carnot, gouverneur, président; du général Lebrun, duc de Plaisance; du vice-amiral Missiessy ; du préfet maritime Kersaint; des généraux Roguet, Ambert, Fauconnet, commandant de la place, Aimard, Flamand, Bruny, Ducos,

commandant de la citadelle ; du contre-amiral Gourdon ;

(Namèche, p. 106 et suivantes).

)