is toegevoegd aan uw favorieten.

Antwerpen vóór 100 jaar

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

s'emparèrent du fort, et Mr Teichman rentra en ville bien content d'avoir échappé aux boulets qui n'avoient cessé de ronfler autour de lui; pendant le reste de cette journée, toutes les troupes rentrerent, tous les höpitaux se remplirent de blessés, et le lendemain 3, les bombes commencerent a nous assaillir; maman avoit voulu réunir les Mrs Verachtere, leurs soeurs et Mr Teichman pour me faire passer agréablement cette soirée; lorsque je fus en route pour me rendre chez elle, dans la rue haute, une femme accourut vers moi toute effrayée en me priant de ne pas avancer paree qu'un éclat de bombe venoit de tomber & la grande place; tu comprends bien que le courage pensa me manquer a cette nouvelle; pourtant je pris mon parti, et me recommandant è. Dieu, avec ardeur je continuai mon chemin ; a chaque coup de canon je croyois mourir; è. la place verte tout le monde regardoit les bombes, on les distinguait parfaitement enl'air; enfin j'arrivoi chez maman, oü deux verres de vin de madère me remirent de ma frayeur; jusqu'a huit heures le feu de 1'ennemi ne se ralendit pas, nous étions comme ébranlés par les secousses, mais alors tout ce vacarne cessa ; personne de V: ne vint, tout le monde étoit renfermé chez soi; mais Mr Teichman me porta un charmant bouquet; Mr Cuvillier vint deux fois pour nous rassurer, et a 9 heures je retournai chez ma tante, accompagnée de mes deux chevaliers. le lendemain dés sept heures le tapage recommen£a jusqu'a la même heure le soir; il y eüt plusieurs personnes blessées et tuées, mais presque toutes par curiosité et imprudence ; tout le monde courait les rues du cóté du Klapdorp etc, sans songer qu'ils exposoient leur vie. le samedi le bombardement reprit de plus belle et causa plus de ravage encore ; mais enfin après l'orage etc; le dimanche le bruit cessa ; nous