is toegevoegd aan uw favorieten.

Antwerpen vóór 100 jaar

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Tante £oise schrijft den un : « Le départ des francais et 1'arrivée des alliés s'est fait dans le plus grand ordre, les officiers sont logés chez les particuliers et les soldats dans les casernes... Nous n'avons jusqu'a présent chère Mimi pas encore de logement. »

Van Jenny : u Anvers vendredi i3 mai 1814. ... jecrois que tuveuxsavoir desnouvelles du fameuxbal. (i)d'abordje te dirai que de la vie je ne me suis autant ennuyée; — (Mr Teichmann was nog altijd in Luik) — j'avois un mal de tête comme jamais je n'en ai ressenti, toutes ces figures qui m'entouroient n etoient pas capables de me le faire passer ; maman t'a-t-elle mandé que cette fête se donnoit dans la salie de spectacle ? c'étoit plein comme au bal masqué dans la plus grande foule; et presque tout cela des officiers en uniforme; il faut être juste, le coup d'oeil étoit magnifique; il y avoit trop peu de danseuses, presque pas de négocians; de petites tables étoient placées dans ces deux chambres qui servent aux acteurs les jours de spectacles ; tu sais comme c'est petit! et la on servoit a souper, ou pour mieux dire on s'arrachoit les tables, les chaises, les poulets, le jambon etc. c'étoit un vrai gaspillage; je crois que cette partie de la fête a dü être agréable aux anglais, paree qu'elle devoit leur rappeler les tavernes de leur pays ; ils buvoient comme des templiers. c'est un tourment de ne pas pouvoir causer avec ces gens la ; pourtant, ma petite, tu sauras que j'ai fait des conquêtes... on a même étéjusqu'ame prier de venir a Londres! j'espère que cela ne va pas mal! mais sois tranquille, cela ne m'a pas tenté ; mon Dieu que tout eet hutspot est gauche ! qu'est devenue cette galanterie frangaise ? on ne dansoit que des colonnes, les directeurs

(1) Waarschijnlijk ter eere van de bondgenooten.