is toegevoegd aan uw favorieten.

Antwerpen vóór 100 jaar

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

hiver et on ne pense pas a cctte jolie promenade ; (i) t&chons de nous en donner mutuellement. tu dois en avoir besoin pour supporter le voyage d l'ile d'Elbe; j'ai pitié aussi du voyageur, je voudrois qu'il eüt été plus traitable sur les bords du Rhin, il eüt gardé son tröne et surtont la Belgique... on dit que Louis XVIII prétend aussi ne pas la céder et qu'il est soutenu par 1'empereur alexandre, mon Dieu que je serois heureuse s'ils pouvoient réussir;... nous sommes encore toujours francais a notre place de la monnaie, puisque nous sommes compris dans les propriétés de la marine; c'est une grande consolation ; lorsque j'entends le tambour des ouvriers militaires, il me semble que je renais, mon cceur bat de plaisir, une cocarde blanche me transporte. nous n'avons jusqu'è. présent que des anglais et des hanovriens; ces derniers sont superbes; c'est a dire leurs uniformes; ils paroissent fort aimables. Comment trouves-tu ces officiers qui viennent voir leur logement, que je refois de mon mieux, et qui ne reparoissent plus ensuite? nous sommes vraiment trop heureux. mon piano est remis è. sa place; tous les tr.ésors sont déterrés; les pommes ne sont guère endommagées.

... Mr Teichman est k Liége, je ne sais pas quand il viendra, mais ce que je sais bien c'est que son absence laisse un grand vide; gardes toi de te moquer cette fois, petite méchante, car c'est trés sérieux ce que je te dis la.

je n'ai pas d'inquiétudes pour le petit lieutenant, ma chere amie ; et j'ai regu (ne t'en déplaise) une trés belle lettre de lui accompagnée d'un paquet de mnsique ; tout cela est du 7 février et destiné pour ma fête; il paroit que

(1) St. Job, de kapel aan den Dam, was dus alsdan reeds eene vergaderplaats voor lustige gezelschappen, doch voornamer dan die van mijnen jongen tijd.