is toegevoegd aan uw favorieten.

Antwerpen vóór 100 jaar

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

c'est ce qu'on voyait en profusion ; mais peu de goüt, peu de jolies figures; pas une robe a queue, pas même les dames d'honneur; des jeunes gens qui voulaient danser en quantité, Mr Nuewens entr'autres. il y avait a ce bal le prince de Condé qui sortoit comme nous arrivions; le comte d'Artois qui me déplait encore d'avantage depuis que je 1'ai vu ; un général et un autre officier franfais; ensuite le fameux guerrier de notre siècle, le duc de Wellington. )>

Terwijl de Belgen aldus hun nieuwen koning vierden, was de kans aan 't keeren. Napoleon zou weldra alles weer te vuur en te zwaard brengen, maar onze twee zusters schijnen het niet te vermoeden en hunne omgeving verkeerde waarschijnlijk in denzelfden rustigen toestand. Mimi meldt den 6den April :

« II paroit que notre petit empereur bornera ses prétentions a la belle France, je suis enchantée que nous n'aurons pas de guerres; tout ce qu'on me conté du bombardement ne me donne pas grande envie de le voir. hier tous les moniteurs que le gouvernement avoit retenus sont arrivés, il y avoit foule aux caffés. Je ne sais qui peut être ce gros francais que tu as vu au pare, mais je t'assure que ce n'est pas Monsieur, car ce dernier est trés maigre; tu sauras sans doute déja que Lauriston a accompagné le Roi, on ne croit que jusqu'aux frontières. II paroit que ce gros patapouf oublie ses chagrins a table, on ne parle que de ses diners. »

In haren brief klaagt Mimi dat hare zuster zoo lang te Brussel blijft. Deze antwoordt den ioden : « ... Samedi je me suis promené avec théodore depuis midi jusqu'a trois heures; nous sommes sortis par la porte de Namur, et par les plus jolis petits chemins du monde, a travers les jardins nous sommes arrivés a Etterbeek; au bord d'un étang