Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

grèle ou les gelées intempestives viennent ruiner d'un coup les vignes les mieux établies. Et, même lorsque le raisin est pressé, et le vin mis en pièces, il faut des soins minutieux pour le conserver, pour le mettre en bouteilles, etc., sinon il se gate, il devient malade, il vieillit trop vite, etc.

Eh bien! le simple bon sens indique qu'un produit soumis a tant d'aléas, a tant d'incertitudes, n'est pas et ne sera jamais un produit de premier ordre, aupointdevueéconomique, c'est-a-dire au point de vue de la richesse du pays.

Un produit de premier ordre c'est avant tout un produit de rendement régulier, je veux dire un produit, dont on peut régler a volonté la qualité et la quantité.

II est certain que tout produit agricole est soumis a certains aléas, en raison des variations de température. Mais ceux qui exigent une main-d'oeuvre moins compliquée, et des soins moins minutieux constituent, au point de vue économique, des produits bien supérieurs: tel est le cas pour les légumes, pour les fruits frais ou conservés, pour le lait et les produits lactés, pour les forêts et, puisque nous sommes en Hollande, je ne manquerai pas de citer ici cette culture si intéressante, si passionnante même, mille fois plus utile a 1'humanité que la culture des raisins de vendange, je veux parler de la culture des fleurs.

On nous objecte que bien des terrains sont propres a la culture de la vigne et oü, pourtant, d'autres cultures ne sauraient être faites utilement.

Je réponds que cela est vrai, dans quelques cas. Mais il est certain que ce n'est pas une raison pour planter des vignes jusque dans des marécages, comme on 1'a fait dans le midi de la France.

Si 1 on voulait, de bonne foi, réduire le vignoble aux seuls terrains oü 1'on ne peut faire pousser des produits aussi rénumérateurs, il ne resterait plus beaucoup de vignes, J'en ai la persuasion. Mais je ne puis, malheureusement, vous apporter sur ce point, aucune precision. C est la, 1 une des questions, dont je vous pariais, et qu une commission de spécialistes pourrait seule trancher d'une manière définitive.

A défaut de précision sur ce point, faisons a nos contradicteurs la partie belle et admettons qu'une quantité considérable du vignoble actuel ne soit bonne que pour la culture de la vigne.

Eh bien! nous soutiendrons encore, qu au point de vue économique, cette vigne peut servir plus utilement pour la richesse

Sluiten