Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

parlements n'ont guère entrevues. Notre röle est de leur montrer ces horizons nouveaux. Et, quand ils y auront adapté leurs vues, ils se montreront certainement moins rebelles aux réformes que nous leurs demandons.

3. Les traités de commerce. — J'enauraisfini ainsi avec mon rapport, si je ne me trouvais pas dans la nécessité de vous dire quelques mots d'une question trés importante, celle des traités de commerce.

Vous savez tous que certains Etats producteurs de boissons alcooliques ont 1'habitude de stipuler dans leurs traités de commerce, que ces boissons seront taxées trés faiblement. Ils posent généralement cette condition, pour octroyer aux Etats avec lesquels ils contractent les avantages économiques que ceux-ci désirent obtenir. C'est la une opération incontestablement avantageuse pour les pays producteurs de boissons alcooliques. En effet, tous ceux qui, dans ces pays, vivent de 1'industrie et du commerce des boissons alcooliques, trouvent alors, dans 1'exportation, des débouchés importants et faciles. Comme ces commer9ants gagnent beaucoup d'argent, en exportant ainsi leurs boissons, 1'Etat, auquel ils appartiennent, peut, sous forme d'impöts, faire rentrer dans ses caisses une bonne partie de eet argent, venu de 1'étranger, et s'enrichir ainsi, en empoisonnant de ses boissons alcooliques les autres peuples. Au point de vue de 1'économie nationale, c'est une excellente opération pour les pays producteurs de boissons alcooliques. Ceci est incontestable.

Mais, a un autre point de vue — je veux dire au point de vue moral, et, a un point de vue plus largement humain, — c'est une opération qu'il faut juger trés sévèrement. II serait donc bon de proposer aux Etats producteurs de boissons alcooliques, un moyen a la fois aussi avantageux et moins criticable de parvenir a un résultat analogue.

| II suffirait pour cela qu'un pays, en traitant avec un Etat producteur de boissons alcooliques, accorde des réductions de droits, ou même une exemption totale, aux produits de remplacement. L'Etat producteur de boissons alcooliques aurait ainsi intérêt a favoriser la production et 1'exportation des vins et bières sans alcool, des fruits frais et conservés, des sirops de fruits, des produits lactés etc. etc.

Si les Etats oü le mouvement abstinent est déja puissant, consentaient a suivre cette tactique dans les traités de commerce

Sluiten