Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

1'alcoolisme", lui auront fourni quelques suggestions heureuses auxquelles ce Congrès donnera une nouvelle consécration, couronnant ainsi les travaux d'éminents sociologues qui se sont spécialisés dans 1'étude des problèmes coloniaux, comme M. Ie Gouverneur-Général Janssen, M. 1'Inspecteur-Général Kermorgant, M. J. K. vletor, M. C. Th. van deventer, M. carlo Rossetti, M. Ie Médecin Major Federico Montaldo, M. Ie Conseiller Ramada Curto, M. Ie Comte de Penha-Garcia, dont les savantes publications ont, depuis moins de deux ans, si vivement éclairé la délicate question que vous m'avez fait 1'honneur d'esquisser devant vous. r)

l) lei se terminait le Rapport personnel de M. du Teil, conformément a la thèse qu'il avait söumise aux organisateurs du Congrès et dont voici Je texte:

Sujet proposé: MESURES ACCESSOIRES CONTRE L'ALCOOLISME DANS LES COLONIES.

II est aujourd'hui démontré que les droits d'entrée et d'accise, établis par la première Conférence de Bruxelles (1889-1890), et surélevés par les suivantes, (1899 et 1906), n'ont fait que ralentir la marche ascendante des importations de spiritueux dans les colonies, ce qui impose aux Puissances signataires de 1'Acte général de 1890 1'obligation morale d'étudier immédiatement et d'appliquer dans un avenir prochain des mesures protectrices accessoires contre les dangers croissants de 1'alcoolisme chez les races indigènes, a savoir:

1°. Le Controle de la qualité des alcools introduits ou fabriqués sur place, de manière a interdire la circulation et la vente des produits impurs ou falsifiés;

2°. Lalimitationdutitre (ou degré alcoolique) des s p i r it u e u x en question, de manière qu'ils ne puissent être importés ou livrés au commerce que dans 1'état oüilsdoivent être consommés afin d'éviter 1'usage trop répandu des alcools a 80 ou 90 ° qui, originairement exempts d'impuretés, pourraient être mélangés a des matières toxiques, lors des dédoublements destinés a les rendre potables;

3°. L'i nterdiction de la fabrication indigène ou domestique qui présente le doublé inconvénient d'être a la fois défectueuse et clandestine, par la prohibition del'importation, de la vente et de la détention des petits alambics;

4°. La prohibition absolue de 1'importation et de la fabrication sur place des liqueurs du typeabsinthe.

L'adoption de ces mesures accessoires réussirait sinon a restreindre la consommation de 1'alcool dans les colonies, du moins aarrêter ses p r o g r è s, ce qui empêcherait le fléau de s'étendre, en attendant que la

Sluiten