Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

s'ils en profitaient bien et s'ils se laissaient transporter ainsi par la pression Maxwell-Bartoli, leur voyage du Soleil a la terre durerait, d'après M. Arrhénius se basant sur les calculs de M. Schwartzschild, non pas quelques minutes seulement, mais 46 heures ! (')

Que ce voyage ne dure réellement que quelques minutes, c'est ce qui a pu être constaté quelquefois, lorsqu'un changement frappant et; soudain observé dans une tache coïncidait presqu'au même moment avec quelque perturbation subite de nos appareils magnétiques. De telles coïncidences, que M. Nordmann a pu citer aussi a 1'appui de son explication hertzienne de 1'influence du Soleil sur les phénomènes magnétiques terrestres, ont été observées par Carrington, Hodgson, Young et Trouvelot (2). La grande rareté de ces coïncidences n'a d'ailleurs rien d'étonnant. Car il va sans dire que lorsque nous voyons une tache, il y a toujours trés peu de chance que le faisceau de rayons [i et y qu'elle produit soit justement dirigé vers nous et la chance, est grande au contraire que ce faisceau ne nous atteigne jamais ou seulement lorsqu' après des heures ou des jours la rotation du soleil 1'aura amené vers nous.

Voila pourquoi les électrons solaires , quoique projetés toujours avec la vitesse énorme que leur ont trouvée M.M. Birkeland, Störmer et Lénard, n'en ont pas moins le plus souvent 1'apparence trompeuse d'être si lents, qu'ils semblent répondre alors a 1'hypothése de M. Arrhénius, de leur transport au moyen de la pression Maxwell-Bartoli.

(') J. Bosler: Théories Modernes du Soleil p. 314.

(2) Carrington: M. N. XX (1860) p. 13. — Hodgson: Ibid. p. 15. — Balfour Stewart: Phil. Trans. (1861) p. 428. — Young: the Sun (1895) p. 166. — Le 17 juin 1891 Trouvelot a constaté aussi qu'a une minute prés une perturbation magnétique enrégistrée a Greenwich et a Nice a coïncidê avec une vive lueur soudainement apparue dans une tache (Bosler: les Théories Modernes du Soleil p. 300).

Sluiten