Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

causer dans le spectre solaire des raies d'absorption qui répondraient aux déplacements énormes des protubérances et & la présence de 1'hélium et du coronium dans ces couches extérieures. Or, comme Hittorf et Cantor ont prouvé qu'un gaz électriquement lumineux ne cause pas la moindre absorption lorsque la lumière d'un corps incandescent la traverse (»), il est donc clair que le fait significatif que je viens de rappeler démontre que ce n'est pas la chaleur qui illumine Vatmosphère solaire, mais Vêlectricité.

Mais la ressemblance des spectres des Protubérances, de la Couronne et de 1'Aurore ne parait pas seulement concerner leurmême origine électrique, elle pourrait concerner aussi leur origine chique. C'est du moins ce qui parait résulter des recherches de M. Stassano qui ont prouvé que les 2/3 des raies de nos Aurores, que 44 des raies observées par M.M. Deslandres et Hale dans le spectre des protubérances et que plus de 270 raies coronales sur les 339 que M. Jlumphreys a photographiées en 1901 appartiennent au Krypton et aux éléments du Groupe Zéro (2). Si ces observations de M. Stassano se confirment, ce seraient donc en grande partie les mêmes éléments qui, pour la même raison d'après moi, produiraient autour du Soleil et de la terre la même lumière.

Quant aux autres particularités de 1'Aurore que j'ai rappelées , comme p. ex. ses formes, ses changements incessants de place , de forme et d'éclat, ses coïncidences avec des coridensations nuageuses locales, ses vitesses souvent énormes et sa dépendance

(') Hittorf: Wiedem. Ann. VII p. 553 (1879). — Cantor: Ann. d. Physik 1900 p. 462. Versuch über die Absorption des Lichtes in electr. leuchtenden Gasen. Un gaz électriquement lumineux cause bien 1'absorption sélective ordinaire si la lumière qui le traverse a aussi la même origine électrique. C'est ce qui a été démontré en 1883 par Liveing et Dewar (Proc. R. S. 35), plus tard par M. Wood et dernièrement par M. Rud. Ladenburg (Verh. d. D. Phys. Ges. 1908 p. 550) Ueber die Absorption des Lichtes in leuchtenden Wasserstoff. (-) Arrhenius: Lehrb. d. Kosm. Physik p. 911.

2

Sluiten