Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

n'avait d'ailleurs qu'a renverser la direction des rayons-canaux pour voir aussitót ce déplacement renversé de même (!). Si ces forts déplacements de raies découverts par M. Stark démontrent clairement la grande vitesse des ions, les raies et les bandes immobiles que M. Stark a toujours vues photographiées en même temps, démontrent non moins clairement que 1'hydrogène qui est traversé par ces ions ne participe guère k leur mouvement.

Ces expériences de M. Stark ont donc démontré en somme qu'en désaccord avec 1'opinion généralement adbptée d'après laquell,e le déplacement des raies dans le spectre des Protubérances démontrerait un mouvement matériel violent, il est certain au contraire que ce déplacement des raies est trés bien compatible avec la tranquillité de la matière pondérable.

II n'y a donc plus aucune raison qui puisse nous contraindre £i attribuer les déplacements rapides des formes et des raies spectrales des Protubérances aux mouvements fabuleux d'éruptions violentes et nous resterons toujours sur le terrain ferme de 1'observation si, éclairés par les expériences de M. Stark et par le fait indubitable que les configurations de nos Aurores traversent, elles aussi , notre atmosphere sans jamais en troubler le repos, nous supposons désormais que l'atmosphère solaire est entièrement tranquille et qu elle ne nous montre dans les luminescences passagèies et locales de ses Protubérances et de sa Couronne que 1'effet de courants d'ions passagers et locaux.

°i cette supposition est en parfaite harmonie avec un grand nombre de faits qui démontrent qu'il n'y a pas de courants convectifs dans 1 atmosphère du soleil (2) et elle a le grand avantage que, si

(') Stark: Astroph. Journ. Décembre 1906 p. 362.

H Revue générale des Sciences, 15 Juin 1909 p. 495—501. L'hypothèse des Eruptions Solaires.

Sluiten