Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

11° pourquoi la Couronne a généralement une structure filamenteuse (!), comme on 1'observe le mieux prés des pöles et pourquoi les rayons principaux de la Couronne émanent généralement des mêmes zones et des mêmes endroits que les protubérances et ont le plus souvent des formes pétaloïdes ou plutöt triangulaires ;

12° pourquoi la forme de la Couronne change avec la fréquence et la latitude des taches et ressemble, lorsque les Protubérances se montrent surtout dans les zones royales, a une étoile a 4 rayons;

13° pourquoi les rayons de la Couronne, en ressemblant a ces luminescences qni entourent les taches de protubérances, de i'loccules et de tourbillons, sont creux de même (2). Toutes ces configurations lumineuses sont creuses, paree que, comme les figures 1 et 2 le font voir, c'est toujours autour des faisceaux de rayons (i et y qu'elles se forment.

Comme il est a pré voir aussi que, sous 1'influence du champ magnétique solaire, les faisceaux de rayons p et y se recourberont, cette déviation, analogue a celle des rayons cathodiques sous 1'action d'un aimant, expliquera donc aussi :

14° pourquoi la Couronne montre souvent aux pöles de courts pinceaux recourbés divergents.

II y a aussi Vabsence de tout rayonnement calorique sensible (3) et de tout pouvoir absorbant sur la lumière photosphérique (4), qui dérnontre que la luminosité coronale est d'origine électrique.

Vu la densité infiniment petite de la Couronne extérieure, il est difficile d'attribuer la partie continue du spectre de cette partie de

(') Mr. and Mrs. Walter Maunder: The Indian Eclipse 1898 p. 120. — E. S. Holden: Nature 41 p. 305 (1890).

(2) Hansky: Bulletin de 1'Acad. de St. Pétersbourg t. VI (1897) p. 253. — Clerke: Problems in Astrophysics p. 130.

(3) Abbot: Astroph. Journ. July 1900 p. 69.

(4) Voir le paragr. précédent, p. 14.

Sluiten