Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

encore ses Ennemis et les dangers pour s'ensevelir sous les ruines de Breda. II communiqué par sa lettre du 14 Mars sa résolution a Dumourier et demande de vouloir prendre les nouveaux Bataillons a la solde de la France. ')

DUMOURIER par sa réponse, datée du quartier général de Louvain le 22 Mars 1793, lui répond: „J'approuve votre „courage mon cher Van Hooff et comme il est accompagné „de sang froid je ne doute pas que vous ne réussissiez a „maintenir Breda, Geertruidenberg et le Païs que nous occupons „jusqu' a ce que je puisse marcher a votre secours; je vous „laisse des gamisons imposantes dans ses deux places et le „Général Fiers pour y commander; tachez avant que 1'Ennemi „vienne vous attaquer, de faire entrer dans ces deux Places „tout I'argent et toutes les subsistances que vous pourez tirer „des Païs voisins, je vous ferai passer tout celui dont on „poura disposer sans faire tort au besoin de 1'armée pour la „levée des deux Bataillons que je vous ai proposés; continuons „avec lamêmefermeté et sur tout avec les mêmes principes, le „Gouvernement doit toujours être fondé sur des vertus, „surtout le Gouvernement républicain; je vous embrasse mon „cher Van Hooff; il faudroit que tout fut perdu si je ne „secourois pas Breda, qui doit faire une longue résistance".

Van Hooff dénué d'argent et voiant Breda menacé d'une attaque prochaine, fait partir le dernier Bataillon, nouvellement formé pour Anvers, le recommandant au général Marassé par sa lettre du 23 Mars.2)

En effet Breda fut bientöt investi; un officier prussien, accompagné d'un trompette, vint sommer le général Fiers de rendre la Place; le général en demandant son avis, Van

1) Le 12 Mars les Confédérés résolurent de se transfèrer a Anvers; j'ai donné mon assentiment a cette mesure, mais en même tems j'ai juré de rester a Breda avec la dernier Fran^ois, ne voulant pas abandonner cette ville oü j'avois la confiance des habitans et de la garnison.

2) Comme ces Bataillons étoient nouvelicnient formés des déserteurs et autres fugitifs de la hollande, il auroit été impolitique de les exposer dans la ville au moment de siège ou d'investissement.

Sluiten