Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

émeutes affreuses troubloient cette Province ; 1'autorité Départementale dont les membres étoient élus et soutenus par d,es clubistes réfusoit même d'obéir aux decrets de la Convention Nationale, et prétendant être Souverain dans leur Province avoit arrêté entre autre arbitrairement qu'une forte somme seroit Ievée sur les biens des enciens Régents de cette Province pour indemniser les Patriotes, qui avoient été pillés et ruinés lors de la Révolution de 1787. La Convention Nationale, gémissant de ces excès, y avoit déja envoié successivement deux commissions hors de son sein, mais sans succès, lorsque Van Hooff fut chargé avec deux autres Membres de la convention d'y aller rétablir 1'ordre et faire respecter les Décrets de la Convention Nationale ; 1'ordre fut bientöt rétabli; les clubs furent dissous et la Frise fut contante et tranquile, lorsqu'il retourna a la Haye. Sur ces entrefaits une autre commission, composée de vingt deux membres de 1'Assemblée Nationale, chargée de projetter un autre Plan de constitution, avoit été nommée, et s'occupoit encore de ce travail. Van Hooff élu a la Présidence de 1'Assemblée Nationale occupoit encore le fauteuil lorsqu'en Janvier 1798 Monsieur La Croix, Ambassadeur de France, récemment venu en Hollande, s'adresse a lui pour lui apprendre: „que le Directoir „de France 1'avoit envoié en Hollande afin d'établir les principes du sistème Unitaire; qu'il savoit que Van Hooff avoit „toujours défendu ce sistème, mais qu'il étoit trés inutile de „vouloir espérer 1'établissement de 1'unité de la République „et de 1'Egalité en droits sans des mesures fortes et répres„sives, surtout contre les arristocrates fédéralistes, qui suivant „lui n'étoient que des Anglomanes masqués ; qui étoient cause „de 1'anéantissement de notre flotte". Après que Monsieur La Croix eut finit son assertion et développé tous ses projets, il finit par lui dire: „qu'il espéroit que dans son patriotisme „il voudroit bien comme Président de la Convention emploier „tout son crédit pour seconder ses Projets", quoiqu'autant révolté de sa confidence injurieuse que de ses vues impo-

Sluiten