is toegevoegd aan uw favorieten.

L'inutilité et les dangers de l'annexion du Congo

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Les produits du Congo.

Jusqu'a présent, le Congo n'a guère exporté que de 1'ivoire et du caoutchouc. Ces deux produits représentent les neuf dixièmes de son commerce.

On ne peut espérer voir augmenter la valeur de 1'ivoire : les réserves des Arabes et des nègres sont épuisées; on détruit les élépliants et il n'est guère probable que ceux qui restent trouveront le moyen de se faire remplacer les dents qu'on leur coupera.

II y a le caoutchouc. C'est certes une marchandise dont la consommation va se développant chaque jour et dont le prix est aujourd'hui trés élevé. Seulement, dans cette demande croissante de caoutchouc n'y a-t-il pas un danger pour 1'avenir du Congo ? Depuis longtemps, on cherche a le produire synthétiquement. Y parviendra-t-on? Dans combien de temps? II serait téméraire de vouloir répondre d'une faQon un peu précise a ces questions, mais il le serait plus encore de soutenir que le problème ne peut pas être résolu d'un jour a 1'autre. On a fait par syntlièse presque toutes les couleurs. On a fabriqué presque tous les parfums; il existe de la vanille, du camphre, du sucre urtificiels. Pourquoi un résultat analogue serait-il impossible pour le caoutchouc?

II n'y a que quelques années que deux usines allemandes fabriquent de 1'indigo et cela a suffi pour que le commerce des Indes en indigo naturel tombe, en 10 ans, de 80 p. c. en quantité et de 84 p. c. en valeur. L'indigo artificiel vaut mieux, est d'un emploi plus facile et coüte moins cher que l'indigo naturel. Cette perte a été trés sensible aux Indes, mais elles s'en relèveront facilement, paree que ce n'est que 1'un des produits de leur sol.

Au Congo, le caoutchouc est, jusqu'a présent, le seul produit important.

La situation d'un pays dont toute la richesse est basée sur un seul produit est toujours précaire.