Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

vert par la grace du principe d'autorité qui 1 anime. 11 veut garder au peuple hollandais, a tout prix, la foi au Christ et la morale chrétienne. II veut contraindre la révolution déchainée par le protestantisme a respecter 1'une et 1'autre, nécessaires selon lui a la santé, a la dignité, a la prospérité des sociétés humaines. II veut purger — qu'on nous passé le mot — 1'Eglise hollandaise et la nation hollandaise du venin révolutionnaire, qui nous semble, a nous, avoir été inoculé au monde par la Réforme avant d'être charrié par la Révolution. Rarement pareil spectacle fut offert a 1'étonnement des contemporains.

Le docteur Kuyper s'est jeté dans la mêlée politique pour défendre sa foi et la foi de son peuple: voila le résumé de sa carrière. J'ai vu la sainte Face du Christ dans son cabinet de travail. Quand il me disait: „j'ai 70 ans, la fin approche, il faut que je me prépare pour le grand, pour 1'éternel voyage", — la foi, une foi ardente faisait vibrer sa voix. Le rationalisme et le libéralisme n'ont pas dans toute 1'Europe, a 1'heure qu'il est, d'adversaire plus clairvoyant, plus résolu, plus intelligent. Son parti s'appelle „anti-révolutionnaire", et c'est assez dire. La Révolution, pour lui, c'est 1'ennemie. II le dit comme il le pense, avec un tranquille courage. Et il poursuit sur tous les terrains eet individualisme et cette anarchie révolutionnaires qui travaillent surement, depuis un siècle, a la dissolution du corps social.

Dans toutes les nations de 1'Europe, les hommes politiques courent les assemblées, les rues, les cabarets. Mais les hommes d'Etat? Diogène, pour les trouver, devrait rallumer sa lanterne. N'est pas homme d'Etat quiconque aspire ou parvient a gouverner son pays. La connaissance du métier politique, ici, ne suffit pas. 11 faut quelques dons de naissance. II faut être armé pour 1'étude et pour la réflexion.

Sluiten