Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

tamment des parties du régiment d'artillerie de campagne n° 12 et une batterie d'artillerie lourde, put, dès lors, prendre Dinant sous le feu avec plus d'efficacité. (Anlage 12, 19 a 21).

De bonne heure dans la matinée, le régiment d'infanterie n° 178 avait quitté Thynes et s'était avancé vers Leffe, en suivant la route des Fonds de Leffe. Déja avant d'atteindre Leffe, la compagnie qui marchait en tête essuya des coups de feu qui partaient de propriétés isolées et des flancs escarpés et en partie couverts de boqueteaux des hauteurs longeant la route a droite et a gauche. En particulier, un feu trés vif partait de la fabrique de papier située a gauche de la route et des maisons qui se trouvaient a proximité. C'est pourquoi, avec le coopération ultérieure des chasseurs du llme bataillon, les flancs des coteaux furent explorés a la recherche des francs-tireurs, les maisons barricadées furent ouvertes de force et ceux qui les habitaient, expulsés. Quiconque était découvert les armes a la main fut fusillé. Mais la population, cachée dans les maisons, attaquait de plus en plus vivement le régiment en marche. On tirait de toutes les maisons, mais dans un grand nombre d'entre elles on ne trouva personne. Les tireurs se réfugiaient dans leur cachettes pour en resortir ensuite et pour tirer de nouveau sur les troupes allemandes. II fut nécessaire de mettre le feu a un certain nombre de maisons, pour forcer les tireurs cachés a quitter leurs refuges. Un certain nombre d'habitants furent conduits comme otages dans la cour du couvent. (Anlage 22 a 32).

La neuvième compagnie du régiment n° 178 occupa face a 1'ennemi établi sur la rive gauche de la Meuse, le jardin, longeant le fleuve, d'une villa et d'une fabrique. Ici aussi, elle essuya des coups de fusil. La villa et la fabrique furent, pour cette raison évacuées. On fit sortir de la cave de la fabrique le propriétaire et un grand nombre de ses ouvriers et on les fusilla. Les femmes et les enfants que 1'on y trouva furent conduits dans la cour du couvent.

1 Le régiment n° 178 dut combattre pendant la plus grande partie de la journée avec la population de Leffe et éprouva des pertes notables. (Anlage 25, 26).

De son cóté, le régiment d'infanterie n° 103 qui arriva a Leffe vers le soir essuya également un feu trés vif partant des maisons et des hauteurs qui bordent le défilé de Leffe. On ne put vaincre cette résistance des francs-tireurs qu'en désarmant et en fusillant les hommes trouvés les armes a la main et en mettant le feu a quelques maisons d'oü 1'on n'avait pas réussi a déloger, d'autre fajon, les assaillants. (Anlage 33 a 36).

Vers le soir, le calme s'établit a Leffe. Mais on s'apergut bientöt que c'était une erreur de croire qu'on n'avait plus rien a craindre de la population. Dès le crépuscule, le poste d'observation de gauche établi par le 2me bataillon du régiment n" 178 au sud de la caserne du 13me régiment d'infanterie beige, en vue de surveiller la Meuse, fut attaqué par un assez

Sluiten