Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

pas permis a des gardes ayant cessé depuis longtemps de faire partie de la milice citoyenne, de conserver leurs armes ?

Ces hypothèses, et bien d'autres que 1'on pourrait imaginer encore, les rédacteurs du Livre Blanc n en ont cure. lis simplifient la raison. On a trouvé a Dinant des fusils militaires beiges... donc le Gouvernement les avait distribués pour favoriser la guerre des francs-tireurs. A Berlin, ce raisonnement parait satisfaisant.

Et pourtant, 1'Allemagne dominat-elle le monde, elle serait dominéé elle-même par la logique. La théorie du chiffon de papier „ permet de déchirer un traité et d'envahir un pays neutre ; elle ne permet aucune conquête sur les droits de la raison. Les armes sont impuissantes contre le bon sens : on ne 1 assassine pas comme une population inoffensive.

On aurait aussi trouvé des mitrailleuses. Si le fait était vrai, il serait concluant.

Mais qu'on veuille bien considérer que notre armée, ne possédant au début de la guerre qu'un nombre notoirement insuffisant de mitrailleuses, il est vraiment peu admissible que 1 Etat Major eüt consenti a en priver les troupes, pour en armer inutilement des civils incapables d'en faire usage. Aucun témoin allemand n'affirme d'ailleurs avoir vu ces mitrailleuses. Je prouverai au chapitre X qu'aucun ne les a entendues.

De 1'aide que les francs-tireurs dinantais auraient re^ue du Gouvernement, le Livre Blanc ne cherche pas d fournir d'autre preuve. Je ne serai pas seul a trouver insuffisante celle qu il a tentée.

Venons-en maintenant au procés fait a la population dinantaise.

J'ai dépeint le caractère de celle-ci et dit.... Mais qu importe

ce que j'ai dit? II ne s'agit pas de savoir ce qu'est la population

de Dinant, mais ce qu'elle a fait.

Voici : . - - rij" 1

Elle a, au premier ordre de son bourgmestre, déposé a 1 Hotel

de Ville les armes qu'elle possédait. Les Allemands les y ont trouvées.

Du 7 au 21 Aoüt elle a vu passer, dans les rues de la ville, des patrouilles ennemies et ne les a pas inquiétées, des cavaliers isolés et ne les a pas attaqués. Le 15 Aoüt, elle a vu se livrer une bataille et n'y a pas pris part. On ne 1'accuse en rien pour toute cette période. Cependant les coupables, s'il,y en avait eu, disposant alors de libres communications d'une nve a 1 autre de

Sluiten