Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Dès que les premières maisons de Dinant furent atteintes 1'éclairage putoic fut détruit. Les colonnes s'avancèrent en longeant de prés les rangées de maisons. C'est ainsi qu'on arriva a la première rue de traverse, ici, on tira soudain trés vivement, d'une maison formant coiti a droite, sur les pointes de 1'infanterie ; il fut riposté immédiatement a ce feu. Tout a coup on tira de toutes les maisons et un chaud combat de rue s'engagea. Au moyen de haches et de cognées, les pionniers brisèrent les portes closes, jetèrent des bombes a main dans les pièces inférieures des maisons et en incendièrent d'autres a 1'aide des torches allumées entretemps.

Le lieutenant Brink s'engagea dans la première rue de traverse de gauche. Elle était obstruée de fits de fer tendus a peu de hauteur du sol. Des maisons on jetait des pierres et on tirait.

Soudain le detachement fut attaqué par derrière et dut se replier jusqu'au coin de rue. Le sous-officier Grosze qui, atteint de plusieurs pierres était étendu évanoui prés des fils de fer, fut emporté. La lre section comptait 15 blessés légers et un autre blessé gravement atteint.

Anlage 4. Dresde, le 6 Novembre 1914.

Paul Kurt BUCHNER, réserviste de la lre compagnie de campagne, du bataillon de pionniers n° 12 a Pirma, déclare. (1)

Le 21 Aoüt 1914, dans la nuit, ma section fut envoyée en reconnaissance a Dinant, en Belgique. Le IIme bataillon du régiment d infanterie n 108 marchait avec nous. Quand nous fümes arrivés en ville on tira vivement sur nous des maisons et ce, surtout a petits plombs. Nous avons pris d'assaut un certain nombre de maisons et vu que les tireurs étaient des civils sans insignes^ mi'itaires. Après cela, nous nous sommes retirés. Le 23 Aoüt 1914, la 23me division commenga 1'attaque de Dinant. Alors aussi on tira vivement sur nous des maisons; c'étaient uniquement des civils, dont quantité furent tués. J'ai re^u un coup de feu dans la partie supérieure de la cuisse ; ensuite de cela je fus transporté a 1'ambulance installée au chateau de Sorinnes. Durant la nuit, le chateau fut attaque a coups de feu par les habitants du village. Les assaillants furent repoussés avant d'avoir pénétré dans le chateau.

(Ij II semble inutiie de reproduire les formules qui précédent et suivent les dépositions de témoins. Presque toutes les dépositions sont faites sous la foi du serment. Plusieurs des rapports ont été confirmés verbalement par leurs auteurs. Ceux-ci ont, en ce cas, prêté serment. *

Sluiten