Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

cile. Je mé suis expliqué sur ce point (lj et j ai dit au sujet des mitrailleuses ce qu'il fallait penser de leur emploi pendant la nuit du 21 au 22 Aoüt. Aucun témoin n'insinue qu'on en ait utilisé le 23.

Ceci dit au sujet des déductions que 1'on tire de la déclaration du major Franzel, voyons ce qu'il faut penser du témoignage en lui même.

Je commence par confesser la défiance que m'inspirent tous ces rapports allemands. lis sont viciés par 1'intérêt personnel ou collectif des témoins. Aussi je ne puis considérer comme établi un fait affirmé par une déclaration unique (c'est le cas ici) et par cela même incontrólable (2). J'y suis peut-être poussé par la rigueur de méthode nécessaire aux enquêtes judiciaires auxquelles j'ai été mêlé par mes devoirs professionnels; j'y suis surtout contraint par cette constatation que j'ai faite en examinant le Livre Blanc : lorsque deux témoins de 1'enquête allemande parient dun même fait, ils le racontent généralement de fa?on telle que leurs dires s'excluent mutuellement.

II y a plus, en ce qui concerne le major Franzel.

Dans sa déposition du 17 Décembre 1914 (Anl. 30) ïl dit que les francs-tireurs faisaient apparemment usage de revolvers et de pistolets. Cela lui semble demontré par le fait que ce sont des armes de cette espèce que 1'on trouva au cours des perquisitions dans les maisons. De fusils quelconques il n est pas question. Son attention se fixe cependant a ce point sur les armes que 1'on découvre, qu'il remarque qu une partie d entre elles étaient encore chargées.

Deux mois plus tard, dans son tardif rapport au régiment, (14 Février 1915, Anl. 25), Franzel avance que la population utilisait dans la lutte pistolets et fusils. En conséquence, il fait découvrir par ses hommes tout un arsenal darmes variées : pistolets vieux et modernes, fusils de chasse, fusils d ordonnance beiges et cartouches d'infanterie beige. La mémoire du major Franzel offre ceci de particulier que ses souvenirs s'amplifient quand le recul du temps devrait les effacer.

C'est peut être dans une seconde manifestation de ce phéno-

(1) Voir page 63 de eet ouvrage.

(2) Si des fusils d'ordonnance beiges avaient été trouvés dans de nombreuses maisons, le major Franzel ne serait pas seul a signaler le fait.

Sluiten