Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Le capitaine Franz de la llme compagnie eut la jambe transpercée dun coup parti d'un soupirail de cave. Le civil fut tiré de la cave par le capitaine Lücke de la 9me compagnie en personne. II fut immédiatement abattu, paree que trouvé F arme a la " main. „

II est regrettable que Göpfert, qui ne parle ni du capitaine Lucke ni du chatiment du coupable, n ait pas été invité a préciset les détails de la scène. Cette épreuve, montrant la concordance compléte de son témoignage avec celui du major Franzel eüt pu rendre probante ces deux dépositions, ou bien, établissant entre elles une contradiction, eut imposé de les rejeter du débat.

Une lacune plus grave existe : ni le blessé, ni son vengeur, le capitaine Lücke, les deux témoins les plus importants, ne sont entendus (1).

Une déclaration trop sommaire d'un sous-officier, le témoignage d'un officier dont la sincérité peut être suspectée, 1'omission des déclarations des deux principaux témoins : voila 1'enquête allemande sur la blessure du capitaine Franz!

Pas un magistrat n oserait prononcer une condamnation, sur le vu d'une information aussi rudimentaire. Entre les indices signalés et la preuve faite, il y a toute la distance qui sépare 1'hypothèse de la certitude- Je n ai pas autre chose a démontrer.

Anlage 26. — 6me compagnie du régiment d'infanterie n° 178.

Le 14 Février 1915.

RAPPORT

Dans la nuit du 22 au 23 Aoüt 1914, la 32rae division d'infantene, après s être concentrée prés de Thynes-lez-Dinant, s'avaneait, par la route dite " des Fonds dans la direction de Leffe, le taubourg septentrional de Dinant.

icnn ^ Aoüt, vers 5 heures du matin, on fit halte a environ -U JJ metres a 1 Est du point de jonction de ce chernin avec la route de la vallée de la Meuse. Les caissons a cartouches furent decharges et les étendards déployés pour la première fois depuis t ^ u- campagne. Le premier ordre d'attaque fut donné. La ü4me brigade d'infanterie se déploya sur les hauteurs au Nord de la route des Fonds.

(1' L enquête allemande cite deux officiers prétendument blessés par le feu des francs-tii eurs : le capitaine Legler, blessé au faubourg St-Paul, et le capitaine Franz. Ni 1 un ni 1'autre n est enféndu; ou tout au moins leur témoignage n'est pas reproduit.

Sluiten