Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Bataillon du Régiment d'Infanterie n° 178

15 Février 1915.

PROCES-VERBAL

Interrogé, le capitaine John a ajouté a son rapport ci-dessus les indications qui suivent :

Dans la matinée du 23 Aoüt, avant que la 7me compagnie fut mise a la disposition du IIlme bataillon a Leffe, la compagnie regut, du commandement de bataillon, le major Koch, 1'ordre d'envoyer en avant de la position qu'occupait le bataillon (a 500 mètres environ a 1'Est de Leffe), une section, vers la Papetene, avec mission de purger un groupe de maisons de civils armés qui avaient tiré sur des soldats en marche et des officiers a cheval (capitaine Wilke) et de fusiller les civils coupables. Je désignai, a eet effet, la section du sous-lieutenant de réserve Wendt, tué depuis. Lorsque, plus tard, la section eut rejoint la compagnie sur les collines au Sud de Leffe, le sous-lieutenant de^ réserve Wendt me rapporta que, se conformant a 1'ordre qu il avait regu, il avait du taire fusiller quelques hommen surpris par lui en flagrant délit; ces hommes étaient armés de brownings. J'ai été moi-même atteint le 23 Aoüt, vers 2 1/2 h. de 1'aprèsmidi, d'un coup de fusil francais, tiré de la rive Ouest de la Meuse.

Je n'ai fait aucune constatation relativement a des mauvais traitements ou a la fusillade de femmes et d'enfants.

(s) Joannes John Capitaine commandant la 7me compagnie du régiment d'infanterie n° 178

Du premier de ces rapports il résulte que le capitaine John put, avec sa compagnie, parvenir jusqu'auprès de la Meuse avant d'être attaqué. Admirons dans cette pièce la qualification de fusillade meurtrière „ appliquée a quelques coups de feu partis d'une seule maison et dont le résultat est de blesser deux hommes. Gardons-nous surtout d'attribuer la moindre importance a 1'allégation formulée : personnellement le capitaine John ne sait rien de cette " fusillade meurtrière „ qui s'abat sur ses hommes. 11 ne peut témoigner par lui-méme, il le déclare, que de ce qu'il a vu lorsque, occupant les hauteurs au sud de Leffe, il domine la localité. Evidemment, il y découvrira des francstireurs. Seulement, tandis que ses camarades embusquent la population en armes dans des maisons soigneusement préparées pour 1 attaque ou la défense. il fait lui, röder les coupables autour des maisons, dans les jardins et les cours.

Sluiten